Lyon Toké : la success story du chausson lyonnais

Chloé Gauthier et Loucas Gervasi dans leur boutique du 7e arrondissement. Ils ont déclaré une passion pour les chaussons lors d’un voyage en Argentine.   Photo Progrès/ Delphine GIVORD
Chloé Gauthier et Loucas Gervasi dans leur boutique du 7e arrondissement. Ils ont déclaré une passion pour les chaussons lors d’un voyage en Argentine.   Photo Progrès/ Delphine GIVORD

Après le tacos, la folie chausson s’est emparée de Lyon. Inspirés, entre autres, des empanadas, Chloé Gauthier et Loucas Gervasi ont lancé Toké en janvier 2018. Un 4e point de vente va ouvrir à la rentrée, dans le Vieux Lyon. Découverte.

Connaissez-vous le ‘‘toké’’ ? Ce mot, inventé par deux jeunes entrepreneurs, est en passe d’entrer dans le langage courant à Lyon. Il désigne un petit chausson, salé ou sucré, rempli de recettes du terroir et d’ingrédients locaux. De la street ou fingerfood (qui se mange avec les doigts). Vendu dans de petits restaurants chaleureux à larges amplitudes horaires, sur place, à livrer ou à emporter à partir de 3 euros, il fait un carton à Lyon.

Après deux premières petites boutiques ouvertes simultanément place Sathonay (Lyon 1er) et avenue Berthelot (Lyon 7e) en janvier 2018 et une 3e aux Halles Bocuse (Lyon 3e) en 2019, l’enseigne ‘‘Toké’’ (jeu de mots entre la toque du chef et le pari fou de lancer des chaussons à Lyon) s’apprête à en ouvrir une 4e dans le Vieux Lyon. Malgré des semaines difficiles en raison du confinement, 11.000 chaussons sont fabriqués chaque semaine.

Des gérants à peine trentenaires

Derrière cette success story lyonnaise, on trouve un jeune couple à la ville : Chloé Gauthier, 29 ans, et Loucas Gervasi, 30 ans. Deux Lyonnais que rien ne prédestinait à se lancer dans une telle aventure. Ils ont suivi des études « relativement générales » : Loucas a entamé une école de graphisme avant de s’engager chez les Compagnons, en charpente-couverture-zinguerie, et Chloé a décroché sans passion un Master en management international à Lyon 3, qu’elle a terminé en Argentine. C’est là que tout a commencé : Loucas l’a rejointe, et ça a été le déclic. C’était en 2014.

« Au début personne ne croyait à notre projet, on ne voulait pas nous accorder de crédit, on nous décourageait de se lancer en couple. Et puis on a décroché un prêt d’honneur aux concours des jeunes entrepreneurs et maintenant on nous demande d’en parler en séminaires ! »

Toké ne manque pas d’ambition : le petit chausson veut devenir grand et une référence de la streetfood à la française. Chloé et Loucas espèrent ouvrir d’autres succursales, à Lyon et plus loin. « Notre projet est de devenir une chaîne locale puis nationale, voire internationale, mais sans grandir trop vite et en gardant notre âme, insistent-ils. Vous n’êtes pas près de nous trouver en grandes surfaces, mais là où il y a une jolie place, un bar sympa… On veut aussi animer la ville là où on s’installe ».

Site internet : https://toke.eu/ Sur Facebook et Instagram

Delphine GIVORD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?