Métropole de Lyon Logement et construction : quel avenir ?

Lyon attire mais la métropole et la ville ne parviennent pas à répondre aux besoins de logements.  Photo Le Progrès/Frédéric CHAMBERT
Lyon attire mais la métropole et la ville ne parviennent pas à répondre aux besoins de logements.  Photo Le Progrès/Frédéric CHAMBERT

Le Progrès organisait le 22 novembre, au centre des congrès à Lyon, avec la Fédération du BTP Rhône et Métropole, un après-midi de conférences sur le thème du logement.

12 000 nouveaux arrivants par an depuis plus de 10 ans : Lyon attire et c’est une bonne chose mais la Ville et la Métropole ne parviennent pas à répondre aux besoins de logements. L’offre immobilière se fait rare et les prix grimpent. Dans le même temps, les taux d’intérêts sont bas favorisant l’accès à la propriété. Sauf que… les offres ne sont pas au rendez-vous.

La construction du neuf chute depuis 2016. À cela, plusieurs raisons : un changement de PLU-H (Plan local d’urbanisme et de l’habitat) entre 2016 et 2019, des années d’élection et, bien sûr, la crise sanitaire. Les confinements successifs ont en effet ralenti la délivrance des permis de construire creusant un peu plus le déficit de construction de logements neufs.

L’offre étant tellement inférieure à la demande que le marché immobilier a tourné en faveur des vendeurs. Le prix du mètre carré atteint en moyenne 5 513 €/m², tous types de biens confondus, selon le même baromètre LPI-SeLoger.

Professionnels de l’immobilier et élus cherchent donc aujourd’hui des solutions. La Métropole de Lyon a multiplié les annonces : intensification des réserves foncières, objectif de construction de 1 000 logements « abordables » (à moins de 3 000 €/m²) par an d’ici 2025 ou encore, récemment, l’encadrement des loyers.

Pour un « choc de l’offre »

De leur côté, promoteurs, agents immobiliers, administrateurs de biens et constructeurs demandent « un choc d’offre », seule solution, selon eux, pour détendre le marché immobilier. Un choc d’offre qui passe notamment par une densification des mètres carrés, une fluidification des délivrances de permis de construire et de nouvelles façons de construire. « Pour l’instant, sur la métropole de Lyon, il y a un manque lisibilité sur la construction » a déclaré, dans nos colonnes, Samuel Minot, président de la Fédération BTP Rhône et Métropole.

Alors, quel avenir pour le logement et la construction à Lyon ? Ce sera tout l’objet de la Journée du bâtiment et de l’immobilier organisée par Le Progrès, avec la Fédération du BTP Rhône et Métropole, au Centre de Congrès (Lyon 6e) ce lundi 22 novembre. Une journée de tables rondes destinée au grand public, en présence de nombreux experts de marché de l’immobilier (voir programme ci-dessous).

Le programme

Cette journée destinée au grand public, aux professionnels du secteur et aux élus, avait pour objectif de faire interagir les acteurs de près ou de loin du bâtiment et les utilisateurs de logement. L’occasion de participer à des moments d’échanges dans le but de trouver des solutions aux difficultés pour se loger à Lyon et dans la Métropole de Lyon.

14 h 30 : Lancement des conférences et des tables rondes.

14 h 45 : Le développement urbanistique de Lyon depuis 150 ans.

15 h 10 : État des lieux de l’offre et la demande au sein de la métropole : chiffres et questionnements.

15 h 35 : Quel type de construction pour demain pour répondre à la problématique des logements ?

16 h 00 : Les dernières innovations dans la construction.

16 h 25 : Le contexte économique du secteur de la construction.

16 h 50 : Réponses et visions politiques.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?