Lyon Nike met la ville à l’honneur avec une paire des légendaires Air Max BW

Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre. Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre. Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre. Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre. Photo Nike
Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike Les Nike Air BW Lyon sortent le 5 novembre.  Photo Nike

Pour les trente ans de ses baskets Air Max « Big Window », la marque à la virgule sort ce 5 novembre une série limitée rendant hommage à la Capitale des Gaules. Pour les amateurs de sneakers, c’est un très grand moment.

« Un modèle à l’effigie de Lyon, ça n’était jamais arrivé. Cela dit une chose : c’est bien là que ça se passe ». Ce lundi, Florent Altounian, amoureux des sneakers et propriétaire d’un temple de la basket à Lyon, Shoez Gallery , rue d’Algérie, au bas des Pentes de la Croix-Rousse (Lyon 1er), est tout feu tout flamme. Car ce vendredi 5 novembre, Nike sort un modèle unique à l’effigie de Lyon.

« Elle a eu une histoire à Lyon »

Pour les trente ans de l’une de ses paires légendaire sortie en 1991, les Air Max BW (pour « Big window », la grande fenêtre » dans la semelle), la marque à la virgule revisite cette basket classique en la rattachant à quatre villes : Rotterdam, Los Angeles, Beijing et… Lyon. « Un gars dans l’équipe de production de Nike, à Portland (Oregon, Etats-Unis), est Lyonnais », sourit Florent Altounian. Et sa proposition de faire une série limitée Lyon a fait mouche. « La Air Max BW a été une icône à Lyon et ça, Nike l’a intégré. C’est une paire qui a compté pour les anciens, pour les quartiers. C’est cohérent. Elle a eu une histoire à Lyon ».

 Florent Altounian, patron de Shoez Gallery.   Photo Progrès /Maxime JEGAT
Florent Altounian, patron de Shoez Gallery.   Photo Progrès /Maxime JEGAT

A quoi ressemblent-elles ? Il s’agit d’une déclinaison en gris, noir et blanc avec un large « swoosh » (la fameuse virgule) gris clair. On retrouve l’inscription « Lyon » sur les talons et sur la languette gauche. Sur la semelle intérieure, le rouge, le bleu et le blanc de la ville. Et dessous, discrètement, la devise de la ville en latin : « Virtute duce, comite fortuna » (« Avec la chance pour compagne et le courage pour guide », les paroles de Cicéron à Lucius Munatius Plancus, le fondateur de Lyon). Leur prix : 140 euros.

« Lyon, c’est une ville de baskets »

« Chaque paire ne sort que sur le continent où se trouve la ville. Les Air Max BW Beijing seulement en Asie, les Los Angeles sur le continent américain… Pour les collectionneurs, c’est un challenge », note Florent Altounian. Surtout, la nouvelle paire sera en vente vendredi 5 novembre à 9 heures, sur le site de Nike et à Lyon, uniquement à Shoez Gallery (15 B rue d’Algérie), et nulle part ailleurs.

« On a 500 paires, on sent que les gens attendent ça avec impatience. Même les boutiques Nike ne l’auront pas ! C’est un choix de la marque. Ici, on a la légitimité pour parler des chaussures, de leur histoire », explique le quadragénaire, flatté par ce choix et qui s’attend à une longue file d’attente vendredi. « Ça met Lyon sur la carte, la lumière sur la ville. Lyon, c’est une ville de baskets. »

Jean-Philippe CAVAILLEZ

Votre opinion ?

Les commentaires sont clos.