Lyon 6e Le graffiti comme vecteur de cohésion sociale

Les agents de la Maison de la Métropole, Bruno Bernard et l’artiste Heta One devant la fresque.  Photo Victor DIWISCH
Les agents de la Maison de la Métropole, Bruno Bernard et l’artiste Heta One devant la fresque.  Photo Victor DIWISCH

Mi-octobre, les agents de la Maison de la métropole pour les solidarités, l’artiste lyonnais Heta One et le président de la Métropole Bruno Bernard ont inauguré une fresque murale dans la cour intérieure du bâtiment situé avenue du Maréchal Foch.

Avec l’aide du festival Peinture Fraîche dont l’édition a débuté ce 1er octobre, le projet d’une fresque murale lancé il y a 2 ans dans la cour de la Maison de la Métropole pour les solidarités (MDMS) du 6e arrondissement, au 52 avenue du Maréchal Foch, a enfin pu voir le jour.

D’une hauteur de 4 mètres sur 6 de larges, cette dernière représente un paysage tropical et s’inscrit dans le projet global de végétalisation des MDMS. « Il est important d’investir cet espace extérieur pour le bien-être au travail des agents. Le motif végétal ajoute de la fraîcheur » souligne Florence Haremza, adjointe au responsable de service Social, porteuse du projet.

Une fresque participative

L’œuvre a été réalisée par une dizaine d’agents des MDMS sous les directives et les conseils de l’artiste Heta One. « Peindre a renforcé les liens de confiance entre nous, cela permet de nous connaître autrement que par le travail » estime Sophie, agent de la Métropole.

Le graffiti artiste est venu apporter toute son expérience pour apprendre les techniques de l’art mural. « Cette fresque montre que la culture fonctionne, elle permet de créer des liens » insiste-t-il.

Le Président de la Métropole, Bruno Bernard souligne lui aussi l’importance de ce projet sur le bien-être au travail, « il est nécessaire de renforcer les liens entre les équipes pour souder un projet ».

La liane symbolique

 Bruno Bernard et l’artiste Heta One devant la liane. Photo Victor DIWISCH
Bruno Bernard et l’artiste Heta One devant la liane. Photo Victor DIWISCH

Sur la droite du mur, une « île arbre » est représentée, reliée au reste de l’œuvre par une liane nouée. « C’est un symbole, la liane est là pour rappeler l’aide, le soutient qu’on apporte aux personnes venant à la maison de la métropole.

Mais cette île, bien qu’attachée, est indépendante » explique Sophie pour illustrer l’accompagnement réalisé auprès des personnes par les MDMS. « L’événement souligne aussi l’importance que l’on donne à la culture. Il fait écho aux « jeudis de la culture » organisés par les MDMS, proposant des visites et ateliers culturels » rappelle Florence. « La fresque à un sens dans le travail social réalisé ici ».

Le Festival Peinture Fraîche sort de ses murs

À noter qu’à l’occasion de la 3e édition du Festival Peinture Fraîche , une vingtaine de projets sont proposés dans 18 lieux hors de la Halle Debourg, lieu principal du festival.

Des collaborations ont été mises en place avec l’Épicerie Moderne à Feyzin, le Toboggan à Décines, la Maison de l’Image et du Son à Villeurbanne, le festival Karavel de Bron ou encore le Musée de l’imprimerie à Lyon, tous faisant partie des lieux d’expositions.

Victor DIWISCH

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?