Lyon Just Janice fine, la drag-queen lyonnaise qui défend les femmes

Just Janice fine, drag-queen lyonnaise. Photo DR
Just Janice fine, drag-queen lyonnaise. Photo DR

Élu Miss drag Lyon 2021, le lyonnais JM est également Just Janice Fine, une drag-queen pleine d’humour qui soutient les combats des femmes. Une seconde peau pour le Lyonnais qui ne se sent pourtant pas « Queen » au quotidien. Explications.

Le jour, voici JM, un Lyonnais de « 25 ans depuis quelques années » comme il le dit avec le sourire. Cheveux mi-longs, courts sur les côtés, lunettes rondes, il est infirmier dans le privé. Mais depuis deux ans, lorsqu’il quitte sa blouse, c’est pour se métamorphoser le plus souvent possible en Just Janice Fine. Un personnage haut en couleur, excentrique à souhait qui vient d’être élu Miss Drag Lyon 2021, courant septembre. « J’ai commencé à être drag-queen il y a deux ou trois ans. Tout a débuté avec mon ex-compagnon, lors d’une soirée Garçon sauvage du collectif Plusbellelanuit. Nous sommes venus costumés au sein de cet événement où la bienveillance et l’inclusion étaient de mise. J’ai adoré et j’ai commencé à réfléchir à mon personnage ».

 Devant des dizaines de tenues, JM présente sa première robe, dan laquelle il a fait son baptême en 2020.   Photo David TAPISSIER
Devant des dizaines de tenues, JM présente sa première robe, dan laquelle il a fait son baptême en 2020.   Photo David TAPISSIER

Mais qui est donc Just Janice Fine ?

« En fait, c’est véritablement un personnage “queen covid” née en grande partie grâce aux réseaux sociaux. C’est à la fois Janice de la série Friends et Fran Fine de la série Une nounou d’enfer  : à la fois parfaites, snobs et intouchables mais en fait dès qu’elles parlent, c’est la catastrophe ! ».

À l’époque il n’y avait aucune manifestation mais JM souhaitait découvrir ce milieu, apprendre, afin de façonner son personnage. Il rencontre sa « house » en 2020, the Scandal’house , grâce à Orgyna velour, l’une des membres. Just Janice fait son baptême lors de Miss Drag Lyon 2020, en septembre, à la salle de la Ficelle. « Ce sont mes sœurs, c’est un peu comme une famille où l’on peut rire de tout mais avec bienveillance et inclusion ».

 Des perruques extravagantes : certaines ont été fait main et ont pris des dizaines d'heures.   Photo David TAPISSIER
Des perruques extravagantes : certaines ont été fait main et ont pris des dizaines d'heures.   Photo David TAPISSIER

« Dans ma vie de tous les jours, je ne me sens pas femme du tout ! »

Pourtant, rien ne destinait le jeune Lyonnais à devenir drag-queen. Originaire de République dominicaine, il était dans un premier temps titulaire d’un Master en merchandising de la mode. Mais responsable commercial dans le luxe, il ne s’épanouit pas dans ce milieu. Il décide de bifurquer complètement et attaque une formation d’infirmier… Et c’est durant ses études qu’il découvre cet univers loufoque. « Dans ma vie de tous les jours, je ne me sens pas femme du tout ! Je fais de la musculation deux fois par semaine et me travestir ne m’a jamais tenté auparavant. Mais j’ai la chance d’être bien entouré : mes collègues me soutiennent et mes parents sont derrière moi ! C’est une chance incroyable », poursuit-il.

 L’extravagance est de mise pour Just Janice Fine. Photo DR
L’extravagance est de mise pour Just Janice Fine. Photo DR

Et en un an, grâce à sa house, Janice fait désormais partie de la vie de JM. « Ce qui est amusant, c’est que lorsque je suis Janice, ça me libère l’esprit, ça me permet certainement de mettre à jour ma part de féminité, de mettre en avant mon côté latino. Mais ça reste un personnage qui me permet de jouer un rôle. J’ai fait des années de théâtre, je module ma voie et je fais passer des messages… Notamment pour défendre les femmes qui n’osent pas se défendre. C’est un côté Comedy queen, un peu comme Dolly Parton : on peut dire beaucoup de choses avec l’humour ! », rajoute-t-il.

Une passion envahissante

Cette passion a fait énormément évoluer Janice en quelques mois, tant et si bien que JM vient d’être élu Drag Lyon 2021. « Ce personnage a grandi grâce à mon entourage, à ma house qui me soutient. C’est quasiment un métier à part entière, une passion qui requiert un énorme investissement physique et financier. S’habiller, se coiffer et se maquiller peut prendre jusqu’à 10 heures et j’ai plus de 100 tenues ! Aujourd’hui, on fait appel à moi de plus en plus souvent pour des collaborations en tous genres, cabarets, défilés ou prestations. On va également participer au Sidragction, pour la bonne cause, et instaurer le brunch « Noze », un dimanche par mois dans le 1er arrondissement. L’objectif ? Démystifier les drag-queens et défendre les femmes bien sûr ! » conclut-il.

Se maquiller peut prendre jusqu’à 10 heures et j’ai plus de 100 tenues !

JM, Drag Lyon 2021

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?