Lyon Rénovation du centre d’échange et de ses abords, Perrache n’en a pas fini avec les travaux

La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie. Photo Progrès/Richard MOUILLAUD
La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie. Photo Progrès/Richard MOUILLAUD

Lancé sous l’ancienne mandature, le projet de requalification du pôle d’échange multimodal de Perrache dénommé « Ouvrons Perrache » va se poursuivre. La seconde phase est lancée avec une convention de financement d’études d’avant-projet, qui a été adoptée à l’unanimité en conseil municipal. Et où il est question de casser la passerelle reliant le centre d’échanges à la gare de Perrache.

Un point final a été mis à la première phase de l’imposant projet « Ouvrons Perrache » en juillet, avec l’inauguration du passage France-Péjot permettant d’améliorer les échanges entre le nord et le sud de la Presqu’île. Et après ? Place à la seconde tranche de travaux qui visent à poursuivre la transformation du pôle d’échange multimodal de Perrache (PEM) et son proche environnement, et qui a été évoquée le 30 septembre au conseil municipal.

De quoi s’agit-il ? Comme pour la première phase, engagée par l’ancienne mandature , les partenaires du projet voient les choses en grand. On parle tout de même dans cette affaire de la troisième gare d’Auvergne-Rhône-Alpes, en termes de fréquentation, ouvrage qui plus est, se trouve adossé ou presque à l’un des bâtiments les plus controversés de Lyon, le Centre d’échanges de Lyon Perrache (CELP).

Mail piéton et consigne à vélo

L’idée est bien d’améliorer cet ensemble à l’environnement compliqué. Le scénario proposé à l’issue d’études de faisabilité réalisées par les maîtres d’ouvrage de l’opération que sont la Métropole de Lyon, la SPL Lyon Confluence et la SNCF Gares & Connexions évoque plusieurs points et notamment, en plat de résistance, la démolition de la passerelle qui relie la gare au Centre d’Échange, le réaménagement de la gare routière et la réhabilitation du bâtiment voyageurs. Une réunion organisée en février 2021 a conclu « en la nécessité de poursuivre les études afin de dégager un scénario » que l’on souhaite « sobre et fonctionnel » ou en tout cas apte « à améliorer le niveau de services offerts aux usagers, et soutenable financièrement tant en investissement qu’en coûts d’exploitation ».

 L’un des objectifs de la phase II du projet « Ouvrons Perrache », « améliorer la lisibilité des parcours à l’intérieur et à l’extérieur de la gare », d’où l’idée de rétablir les circulations au niveau rez-de-chaussée de la gare.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
L’un des objectifs de la phase II du projet « Ouvrons Perrache », « améliorer la lisibilité des parcours à l’intérieur et à l’extérieur de la gare », d’où l’idée de rétablir les circulations au niveau rez-de-chaussée de la gare.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Réalisée sous l’ancienne mandature, dans le cadre d’une première phase de travaux, le nouvel accès aux quais de la gare de Perrache depuis la place des Archives.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Réalisée sous l’ancienne mandature, dans le cadre d’une première phase de travaux, le nouvel accès aux quais de la gare de Perrache depuis la place des Archives.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Côté place des Archives, l’escalier qui permet d’accéder au niveau des quais de la gare. De là, il faut encore emprunter un autre escalier ou prendre l’ascenseur pour aller dans la gare. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Côté place des Archives, l’escalier qui permet d’accéder au niveau des quais de la gare. De là, il faut encore emprunter un autre escalier ou prendre l’ascenseur pour aller dans la gare. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie. Une intention qui s’accompagne d’un réaménagement des espaces publics entre la gare et le centre d’échanges.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie. Une intention qui s’accompagne d’un réaménagement des espaces publics entre la gare et le centre d’échanges.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Les escalators qui permettent d’accéder à la passerelle et au centre d’échange.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Les escalators qui permettent d’accéder à la passerelle et au centre d’échange.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange. La démolition entraînera la réhabilitation du centre d’échanges.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange. La démolition entraînera la réhabilitation du centre d’échanges.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 La phase II du projet prévoit une restructuration du bâtiment voyageurs de la gare, « en mettant en valeur ses qualités patrimoniales et architecturales ». Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
La phase II du projet prévoit une restructuration du bâtiment voyageurs de la gare, « en mettant en valeur ses qualités patrimoniales et architecturales ». Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Le portique appelé encore « Goldorak » reste. Mais les escalators emmenant les voyageurs au centre d’échange et à la gare ont été supprimés.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Le portique appelé encore « Goldorak » reste. Mais les escalators emmenant les voyageurs au centre d’échange et à la gare ont été supprimés.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Accès à la gare de Perrache par les escaliers. L’ascenseur est réservé pour les handicapés   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Accès à la gare de Perrache par les escaliers. L’ascenseur est réservé pour les handicapés   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Gare et centre d’échange de Perrache, un environnement compliqué. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Gare et centre d’échange de Perrache, un environnement compliqué. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Parmi les projets de la phase II : le réaménagement de la gare routière de Perrache.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Parmi les projets de la phase II : le réaménagement de la gare routière de Perrache.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 L’un des objectifs de la phase II du projet « Ouvrons Perrache », « améliorer la lisibilité des parcours à l’intérieur et à l’extérieur de la gare », d’où l’idée de rétablir les circulations au niveau rez-de-chaussée de la gare.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Réalisée sous l’ancienne mandature, dans le cadre d’une première phase de travaux, le nouvel accès aux quais de la gare de Perrache depuis la place des Archives.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD Côté place des Archives, l’escalier qui permet d’accéder au niveau des quais de la gare. De là, il faut encore emprunter un autre escalier ou prendre l’ascenseur pour aller dans la gare. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie. Une intention qui s’accompagne d’un réaménagement des espaces publics entre la gare et le centre d’échanges.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Les escalators qui permettent d’accéder à la passerelle et au centre d’échange.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange. La démolition entraînera la réhabilitation du centre d’échanges.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  La phase II du projet prévoit une restructuration du bâtiment voyageurs de la gare, « en mettant en valeur ses qualités patrimoniales et architecturales ». Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  La passerelle qui permet de passer de la gare au centre d’échange devrait être démolie.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Le portique appelé encore « Goldorak » reste. Mais les escalators emmenant les voyageurs au centre d’échange et à la gare ont été supprimés.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Accès à la gare de Perrache par les escaliers. L’ascenseur est réservé pour les handicapés   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD Gare et centre d’échange de Perrache, un environnement compliqué. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Parmi les projets de la phase II : le réaménagement de la gare routière de Perrache.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD

Le feu vert que viennent de donner unanimement les élus de la ville de Lyon à la convention de financement des études d’avant-projet conclue entre les différents partenaires de l’opération (1), lance en quelque sorte cette phase II d’Ouvrons Perrache. Ces études AVP lancées en 2022, sont « nécessaires à la mise en œuvre du projet ». Elles concernent également des aménagements de voirie au niveau des secteurs Verdun/Rambaud/Kitchener et d’espaces publics entre le centre d’échanges et la gare. Il est question de créer un mail piéton entre la place Carnot et le parvis de la gare ainsi qu’une consigne à vélo sécurisée de 500 places minimum.

À cette longue et sans doute très coûteuse liste, il faut ajouter la réhabilitation du centre d’échange de Perrache, pour laquelle, une équipe de maîtrise d’œuvre sera retenue au premier trimestre 2022.

(1) Il s’agit de la Métropole de Lyon, l’État, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Ville de Lyon, SNCF Réseau et la SPL Lyon Confluence.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?