Rhône Lyon 8e: transhumance urbaine pour une quinzaine de brebis

Les brebis se sont postées un moment à l'entrée de la résidence. Photo Progrès /Dominique CAIRON Si les résidants ont été curieux de voir les brebis, elles aussi ont poussées la ça curiosité loin, en se postant à l'entrée de la résidence  Photo Progrès /Dominique CAIRON
Les brebis se sont postées un moment à l'entrée de la résidence. Photo Progrès /Dominique CAIRON Si les résidants ont été curieux de voir les brebis, elles aussi ont poussées la ça curiosité loin, en se postant à l'entrée de la résidence  Photo Progrès /Dominique CAIRON

La résidence pour seniors Chalumeau, accueille toute la semaine des brebis venues paître sur les espaces verts.

En partenariat avec l’association Naturama, qui œuvre pour réconcilier l’homme avec son environnement, un petit troupeau de brebis a pris pension à la résidence Chalumeau, dans le quartier du Grand Trou. Une initiative financée par la Ville et la mairie du 8e.

Marine Chastan a, pour mener à bien ce projet, sollicité la RPA Chalumeau, mais a également invité les écoles et les crèches voisines, qui viendront dans la semaine observer les bêtes. Un instant pédagogique, où les enfants approcheront de près les ovins, mais également apprendront, grâce à des séances de lectures avec des livres sélectionnés par la médiathèque du Bachut, à comprendre leur environnement, apprendre comment vit un animal et s’initier à la vie à la ferme et à l’élevage ovin.

« Nous restons avec ce projet, dans la politique de la Ville, qui encourage fortement la pédagogie en plein air », commente Marine Chastan, adjointe à la petite enfance et aux seniors, qui a organisé ces rencontres insolites. Pour la directrice de la résidence Chalumeau, c’est une façon d’ouvrir son établissement sur l’extérieur : « Les liens intergénérationnels sont les bienvenus, car la première cause de dépendance des personnes âgées est l’isolement. Certains résidents se sont rappelés à l’arrivée de ce troupeau, leur enfance rurale, à la ferme. »

Beaucoup d’enthousiasme et quelques réticences

Si les brebis ont été bien accueillies dans leur nouvel environnement, quelques réticences sont apparues : « J’espère qu’elles ne vont pas bêler la nuit, et qu’elles n’attireront pas les mouches », confie une résidente, qui les verrait mieux rôties sur une broche. Malgré tout, c’est l’étonnement, puis la curiosité qui a dominé, les brebis broutant sur les espaces verts en profitant d’une herbe fraîche, qui n’a pas été tondue depuis deux mois.

Si l’événement demande une attention plus soutenue de la part du personnel, afin d’assurer la sécurité de tous, l’expérience devrait, espère-t-on du côté de la direction, apporter du bien-être aux résidents, avec le contact de ces animaux et des enfants qui viendront les observer. Un bénéfice en termes de santé mentale qui encouragera ce genre d’initiative.

De notre correspondant Dominique CAIRON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?