Métropole de Lyon Cinéma : à la Part-Dieu, la renaissance de l’UGC

L’UGC Part-Dieu tournait autour de 500 000 entrées par an, avant la crise sanitaire.  Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
L’UGC Part-Dieu tournait autour de 500 000 entrées par an, avant la crise sanitaire. Photo Progrès /Richard MOUILLAUD

Adieu sombre cinéma du quatrième étage du centre commercial. L’UGC ouvre samedi un nouveau complexe très lumineux de 18 salles au premier niveau de l’extension, située du côté de la tour LCL.

« La Part-Dieu est en train de se régénérer. Le centre commercial, la gare, mais aussi tout le quartier. Il y a des chantiers partout. On ne pouvait pas rester à l’écart de ce renouvellement », nous explique Frank Chapon, qui dirige les cinémas du groupe UGC à Lyon. Vendredi 17  septembre au soir, les derniers spectateurs joueront le jeu de la dernière séance au vieux cinéma du quatrième étage. Et samedi 18 à 10 h 30, les premières projections auront lieu dans les 18 salles du tout nouveau complexe, conçu par l’architecte Alberto Cattani, dans l’extension baptisée « La Lanterne/« Les Tables » , aux côtés des restaurants du Food Society.

Des salles de 102 à 352 places

C’est un atrium de 17 mètres de haut qui accueille les cinéphiles. Un vrai puits de lumière, qui offre une vue sur l’ouest lyonnais, compte une quinzaine de bornes pour acheter ses places, mais aussi des caisses traditionnelles avec leur offre de pop-corn et autres confiseries. Et même quelques canapés pour patienter et « chiller » tranquillement. Au dessus, trois coursives baignant dans la lumière distribuent les 18 salles du complexe, qui vont de 102 à 352 places.

 Frank Chapon dirige les cinémas du groupe UGC à Lyon.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Frank Chapon dirige les cinémas du groupe UGC à Lyon.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 L’architecte parisien Alberto Cattani et Frank Chapon.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
L’architecte parisien Alberto Cattani et Frank Chapon.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Le complexe ouvre vendredi matin.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Le complexe ouvre vendredi matin.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Le grand atrium de 17 mètres de haut qui accueille les visiteurs.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Le grand atrium de 17 mètres de haut qui accueille les visiteurs.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 « Le maître mot ici, c’est l’espace », assure le directeur.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
« Le maître mot ici, c’est l’espace », assure le directeur.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 L’atrium dessert 18 salles.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
L’atrium dessert 18 salles.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Quelques canapés posés pour patienter en attendant la séance.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Quelques canapés posés pour patienter en attendant la séance.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 UGC est désormais au 1er étage de la Part-Dieu, dans l’extension La Lanterne.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
UGC est désormais au 1er étage de la Part-Dieu, dans l’extension La Lanterne.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 L’idée est de laisser « respirer » le cinéphile avec des volumes étonnants.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
L’idée est de laisser « respirer » le cinéphile avec des volumes étonnants.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 À la Part-Dieu, les 18 salles peuvent accueillir 3 101 spectateurs sur 15 000 m².   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
À la Part-Dieu, les 18 salles peuvent accueillir 3 101 spectateurs sur 15 000 m².   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Avant le covid et l’extension-rénovation, l’UGC Part-Dieu enregistrait 500 000 entrées par an.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Avant le covid et l’extension-rénovation, l’UGC Part-Dieu enregistrait 500 000 entrées par an.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Frank Chapon : « On a voulu une ambiance paisible et reposante ».   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Frank Chapon : « On a voulu une ambiance paisible et reposante ».   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Des actrices, des acteurs, grandes photos et de l’espace : on est loin des « salles obscures »…   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Des actrices, des acteurs, grandes photos et de l’espace : on est loin des « salles obscures »…   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Les écrans font 18 mètres à la base, le son est en Dolby Surround 7.1.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
Les écrans font 18 mètres à la base, le son est en Dolby Surround 7.1.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 L’UGC Part-Dieu passant de 14 à 18 salles, les quatre complexes du groupe UGC de Lyon affichent désormais un ensemble de 51 salles, entre la Part-Dieu, la Confluence, la Cité International et l’Astoria.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
L’UGC Part-Dieu passant de 14 à 18 salles, les quatre complexes du groupe UGC de Lyon affichent désormais un ensemble de 51 salles, entre la Part-Dieu, la Confluence, la Cité International et l’Astoria.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD
 Frank Chapon dirige les cinémas du groupe UGC à Lyon.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  L’architecte parisien Alberto Cattani et Frank Chapon.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Le complexe ouvre vendredi matin.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Le grand atrium de 17 mètres de haut qui accueille les visiteurs.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  « Le maître mot ici, c’est l’espace », assure le directeur.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  L’atrium dessert 18 salles.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Quelques canapés posés pour patienter en attendant la séance.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  UGC est désormais au 1er étage de la Part-Dieu, dans l’extension La Lanterne.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  L’idée est de laisser « respirer » le cinéphile avec des volumes étonnants.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  À la Part-Dieu, les 18 salles peuvent accueillir 3 101 spectateurs sur 15 000 m².   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Avant le covid et l’extension-rénovation, l’UGC Part-Dieu enregistrait 500 000 entrées par an.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Frank Chapon : « On a voulu une ambiance paisible et reposante ».   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Des actrices, des acteurs, grandes photos et de l’espace : on est loin des « salles obscures »…   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  Les écrans font 18 mètres à la base, le son est en Dolby Surround 7.1.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD  L’UGC Part-Dieu passant de 14 à 18 salles, les quatre complexes du groupe UGC de Lyon affichent désormais un ensemble de 51 salles, entre la Part-Dieu, la Confluence, la Cité International et l’Astoria.   Photo Progrès /Richard MOUILLAUD

« Le maître mot ici, c’est l’espace. On a voulu une ambiance paisible et reposante. Il y a vingt ans, on aurait ajouté plusieurs rangées à chaque salle, pour rentabiliser l’espace. Là, on a choisi d’être à l’aise. Les grands peuvent étendre leurs jambes, et les premiers rangs sont assez loin de l’écran pour que ce ne soit plus une punition d’être au premier rang », explique Frank Chapon.

Les écrans font 18 mètres à la base, le son est en Dolby Surround 7.1. et les projections sont réalisées en laser phosphore, une technique qui permet des contrastes et des rendus nets et profonds. Trois salles sont adaptées au système « 3d », et certaines, qui accueillent les films familiaux et jeune public, sont équipées de rehausseurs intégrés au fauteuil.

« Notre métier, c’est d’accueillir les gens »

« On aura une palette de programmation très large », explique-t-on à l’UGC. Chaque film aura sa salle, aussi bien les blockbusters que les films d’auteur. « On n’est pas là pour choisir à la place du spectateur. Notre métier, c’est d’accueillir les gens, de leur proposer une expérience cinéma dans les meilleures conditions. »

L’UGC Part-Dieu proposera aussi des soirées à thème, des avant-premières et des privatisations, pour les entreprises. Et pour la première année, elle accueillera aussi des projections et des rencontres du festival Lumière. « Thierry Frémaux nous fait un beau cadeau », sourit Frank Chapon.

T. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?