Santé Serons-nous condamnés à supporter les moustiques tigres toute l'année ?

Le moustique tigre pique en journée, surtout le matin et le soir… et ce généralement jusqu'en novembre. Photo WikiImages / Pixabay
Le moustique tigre pique en journée, surtout le matin et le soir… et ce généralement jusqu'en novembre. Photo WikiImages / Pixabay

La fin de l’été ne marque pas la fin de la saison des moustiques. Y compris celle du moustique tigre, vecteur potentiel de plusieurs maladies. Avec le réchauffement climatique, cette période pourrait encore s’allonger…

Le moustique tigre, ou “Aedes albopictus”, est désormais installé dans 64 départements de France métropolitaine, d’après une carte établie à la fin 2020 par le ministère de la Santé.

Les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes sont concernées dans leur intégralité, à l’exception des départements de l’Allier et de la Haute-Loire.

La saison n’est pas terminée

La période de surveillance par les Agences régionales de santé s’étale de mai à novembre. La vigilance ne doit donc pas diminuer dès la fin de l’été.

Mais avec le réchauffement climatique, faut-il s’attendre à ce que le moustique tigre reste actif plus longtemps encore ?

« Le changement climatique n’est pas la cause principale de la propagation du moustique tigre : elle est d’origine essentiellement anthropique (liée à l’activité humaine, comme le transport de marchandises, NDLR) à l’heure actuelle », rappelle dans un rapport l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).

Mais « l’accroissement attendu des températures moyennes augmente le risque de propagation de ce moustique », ajoute l’agence.

Des campagnes « maintenues plus longtemps »

La température agit sur la majorité des espèces de moustiques. Ces dernières cessent de se reproduire et entrent dans un état d’activité réduite, appelé « diapause », à l’approche de l’hiver.

« Les œufs de la femelle moustique tigre, qui peut pondre jusqu’à la fin octobre, n’écloront que quelques mois plus tard », explique Frédéric Simard, directeur de laboratoire à l’Institut de recherche pour le développement, interrogé par franceinfo.

Le réchauffement climatique pourrait donc allonger la période d’activité du moustique tigre.

« Les campagnes de démoustication dans le sud de la France sont maintenues plus longtemps », observe d’ailleurs l’entomologiste Jean-Baptiste Ferré, cité par franceinfo.

Des havres de chaleur

Il faut cependant noter que certains moustiques trouvent déjà refuge pour rester actifs en hiver. C’est notamment le cas de moustiques installés dans le métro de Londres.

De même, des larves peuvent continuer à se développer dans des lieux chauffés pendant l’hiver, par exemple de l’eau stagnante laissée dans un appartement.

Armand MAJDE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?