Rhône Cours d’écoles à Lyon : dans l’avenir le vert leur ira bien

Les espaces pour les usages sont bien séparés et les enfants se sont déjà bien appropriés certains.  Photo Progrès /David TAPISSIER
Les espaces pour les usages sont bien séparés et les enfants se sont déjà bien appropriés certains.  Photo Progrès /David TAPISSIER

Jeudi, la mairie présentait officiellement la nouvelle cour de l’école La Sauvagère à Lyon 9e. Au lendemain de la rentrée, si les enfants se sont rapidement approprié ce nouvel espace sans bitume, il faudra attendre quelques mois pour découvrir un début de végétalisation et du coup un visage plus définitif.

Jeudi matin, pour de nombreux enfants de l’école La Sauvagère dans le 9e, le retour dans leur cour de récréation était très attendu. Certains avaient travaillé sur la cour idéale, d’autres testaient enfin le réagencement de plusieurs sols à l’occasion de la rentrée.

Il faut dire que même si le résultat était un peu décevant pour les élèves -ces derniers ne trouvant ni les ponts, rivières ou autres manèges qu’ils avaient souhaités- ils reconnaissaient quand même une réelle différence avec le revêtement désormais posé.

« C’est chouette ! Avant, on jouait au ballon mais dès qu’on tombait, on saignait. Là, on se fait moins mal et le bois nous permet même de construire des trucs » expliquait dès le lendemain l’un d’entre eux.

Il faudra toutefois attendre les vacances de la Toussaint pour voir arriver les pommiers, les poiriers, mais aussi les mobiliers d’assise et un semblant de verdure 

 La cour de La Sauvagère en 2019, avant le réaménagement.   Photo Progrès /DR
La cour de La Sauvagère en 2019, avant le réaménagement.   Photo Progrès /DR

Proposer des cours uniques

Car rénover une telle cour, c’est tout remettre à plat et surtout faire du cas par cas. En bordure de Saône, tout a commencé par un diagnostic en 2020 et c’est l’association Robin des Villes qui a été missionnée par la ville. « Dans un premier temps, il faut comprendre comment fonctionne cette cour » explique Élise Dehédin. « Quels sont les usages ? Les publics ? Les contraintes ? Les équipements sportifs à proximité ? C’est en fonction de tous ces paramètres que la cour, unique en son genre, est imaginée ».

Là, le sol était en piteux état, composé de goudron, de béton et parsemé de nids-de-poule. La cour sert aux élémentaires mais aussi aux maternelles et un terrain de sport borde l’école. « L’utopie évoquée permet de connaître les envies des enfants, de comprendre leurs usages. Évidemment, on sait vers quoi on veut tendre mais on reprend leurs idées : des assises en rond pour s’asseoir et discuter, un potager dans un coin, des arbres pour l’ombre. On n’a pas pu créer de noue de pluie car la topographie du lieu ne permettait pas d’en installer une… »

Pas si loin des cours Oasis

Le résultat, temporaire, préfigure surtout la base de ce que pourra être une cour d’école à Lyon dans les années à venir. Car la végétalisation est aujourd’hui un principe afin de faire face au réchauffement climatique. En apparence, on est encore loin des cours oasis à Paris. Quoi que.

Présentées en début de semaine, les deux cours de l’école Anne -Sylvestre dans le 8e étaient déjà riches de végétation : si les platanes sont toujours là, des espaces en herbe les habillent.

Très exposée au soleil, l’école de Confluence, qui devrait voir le jour en 2022 devrait également être très verte et représentative de la végétalisation qui se généralise dans les nouvelles cours.

L’Education nationale va dans le même sens

Une « verdification » des écoles qui va bien plus loin que la simple posture idéologique à la Ville de Lyon. Ces deux dernières années, les demandes de jardinières ou de potager hors-sol en provenance des écoles ont été multipliées par 3.

Le tri des biodéchets gagne de nombreuses cantines et un comité de travail, en partenariat avec l’Éducation nationale a été mis en place pour réfléchir sur la mise en place des Ecoles dehors.

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?