Rhône Lyon: il pêche un silure de plus de 2 mètres en pleine nuit dans la Saône

Le pêcheur a immortalisé sa prise. Capture d'écran Twitter
Le pêcheur a immortalisé sa prise. Capture d'écran Twitter

C'est un véritable mastodonte qui a été pêché dans la nuit de vendredi à samedi, vers 1 heure du matin, près du pont de la Feuillée, à Lyon.

C'était une nuit d'été inhabituellement fraîche pour la saison. Et soudain, dans la nuit du vendredi 30 au samedi 31 juillet, une forme se dessine sur la Saône. Au pied du pont de la Feuillée, deux hommes s'emploient à sortir une créature hors de l'eau. Il faudra plusieurs minutes avant qu'ils n'y parviennent.

L'objet de toute cette agitation, à 1 heure du matin, en plein centre-ville de Lyon ? Un silure sorti des flots par un pêcheur insomniaque. Des silures, la Saône en regorge, mais la particularité de celui-ci réside dans ses dimensions hors norme.

A deux pour le sortir de l'eau

Sur une vidéo filmée par un témoin, diffusée sur Twitter, on distingue le pêcheur s'y prendre à plusieurs reprises pour sortir de l'eau l'imposant poisson, aidé par un compère.

C'est une fois étendu de tout son long sur le quai que les témoins réalisent la taille démesurée de ce monstre sous-marin.

"Je fais 1m88 et le silure devait faire facile 30 cm de plus que moi", décrit au Progrès Yanis, l'auteur des images, qui compare le silure sorti des eaux à "un Pokémon légendaire".

Un silure de plus de 2 mètres, "ce n'est pas rare", tempère toutefois Alain Lagarde, président de la Fédération de pêche du Rhône. "On en pêche parfois sur la Saône en amont de Lyon. J'ai moi-même pêché un silure d'1m82 en plein centre de Lyon."

Relâché dans la rivière

Sur la vidéo, après avoir mesuré le poisson et s'être pris en photo à ses côtés, on voit le pêcheur le relâcher dans les eaux sombres de la Saône. Le poids de la bête est tellement lourd que l'homme manque de tomber à l'eau.

Contrairement aux idées reçues, le silure peut bien se cuisiner. "Avec une sauce américaine ou armoricaine, c'est excellent. On pourrait croire que c'est de la lotte", s'exclame Alain Lagarde.

Le Rhône et la Saône sont très poissonneux, rappelle le président de la fédération. Si le silure est présent aussi bien dans les deux cours d'eau, les sandres préfèrent les eaux du Rhône tandis que la carpe est une habituée de la Saône.

Pêche sur la Saône ou le Rhône : ce qu'il faut savoir

Alain Lagarde, président de la Fédération de pêche du Rhône. Photo Progrès/Jean-Luc TORREQUADRA
Alain Lagarde, président de la Fédération de pêche du Rhône. Photo Progrès/Jean-Luc TORREQUADRA

Pour pouvoir pêcher dans une rivière ou un fleuve du département, il est obligatoire d'être détenteur d'une carte de pêche, "qu'on garde le poisson ou qu'on le rejette à l'eau", précise Alain Lagarde. Pour se la procurer, il faut aller sur le site cartedepeche.fr . La garderie de pêche et la brigade fluviale patrouillent en permanence au bord des rivières pour verbaliser les contrevenants.

Dans le département, la pêche est autorisée tout au long de la Saône, sauf 200 mètres en amont et en aval des barrages. Sur le Rhône, il est interdit de pêcher dans la zone protégée de la Feyssine, à Villeurbanne.

La pêche peut se pratiquer sur une embarcation à condition de ne pas se positionner dans le canal de navigation. Il est obligatoire de ne pas stationner au milieu de la rivière ou du fleuve.

Le poisson pêché est consommable. Selon Alain Lagarde, président de la Fédération de pêche du Rhône, les fritures ou les carnassiers sont ainsi très bons à déguster. En raison de la pollution aux polychlorobiphényles (PCB), très prégnante dans le Rhône il y a quelques années, le responsable conseille en revanche d'éviter de manger les poissons de fond (brème, carpe, barbeau) car les polluants restent présents dans la vase.

La pêche est interdite de nuit sur certains secteurs. Le zonage est disponible sur le site de la Fédération de pêche : http://www.peche69.fr A ceux qui croient qu'il est plus facile d'attraper le poisson de nuit, Alain Lagarde prévient : "le silure ne mord pas plus la nuit que le jour".

Les précédents records de pêche

Clovis Jacquier avait pêché un silure de 2,05 mètres en juin dernier dans le Rhône. Photo Progrès/Facebook Clovis Jacquier
Clovis Jacquier avait pêché un silure de 2,05 mètres en juin dernier dans le Rhône. Photo Progrès/Facebook Clovis Jacquier

En juin dernier, à Condrieu, Clovis Jacquier, un jeune Villeurbannais, avait pêché un silure de 2,07 m pour 70 kilos dans le Rhône. Après une heure de combat, il est parvenu à le sortir, le mesurer et le prendre une photo.

En mai dernier, un autre poisson au gabarit exceptionnel avait été pêché au Grand Large. Un père et son fils avaient sorti de l'eau un silure de 2,30 m et 80 kg. « On a compris que l’épuisette ne suffirait pas », témoignait le père, après un long combat pour le sortir de l'eau.

En juin 2020, c'est un habitant de Saint-Priest qui avait hérité d'une pêche miraculeuse dans les eaux du Rhône, à Pierre-Bénite. Sa prise : un silure de 2,26 mètres pour 80 kg. Le pêcheur, un ancien rugbyman, a lutté pendant plus de 20 minutes avec le poisson géant.

Mais nos voisins des autres départements rivalisent sans difficulté avec ces prises exceptionnelles. En juin dernier, à Fleurville, en Saône-et-Loire, c'est un monstre de 2,48 mètres et 98 kg qui a été extrait de la Saône. Le pêcheur, Olivier Platret, avait déjà fait parler lui l'année précédente avec ce qui reste une des plus grosses prises jamais réalisées : 2,59 mètres et 110 kg, toujours pour un silure.

Les plus grosses prises sont à découvrir en images dans notre galerie.

Nicolas FORQUET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?