Métropole de Lyon Un centre pour améliorer le bien-être des malades du cancer

Clémence Catherin (à gauche) et Diane d’Autryve (à droite) sont les fondatrices du centre ONO, spécialisé dans le bien-être des malades du cancer.  Photo Maxime T’SJOEN
Clémence Catherin (à gauche) et Diane d’Autryve (à droite) sont les fondatrices du centre ONO, spécialisé dans le bien-être des malades du cancer.  Photo Maxime T’SJOEN

Le 25 mai dernier, le centre ONO a ouvert ses portes à Limonest. Dans celui-ci, une vingtaine de praticiens, socio-coiffeurs, psychologues ou encore diététiciens se relaient pour aider les personnes atteintes d’un cancer, ainsi que leurs accompagnants.

Dans le centre ONO, situé sur la zone Technilid à Limonest, tout est lumineux. Les larges fenêtres éclairent bien toutes les pièces, insonorisées, équipées de tables de massages, d’un espace coiffure ou d’esthéticienne. On doit s’y sentir bien. Car cette entreprise a vocation d’aider les personnes atteintes d’un cancer, mais aussi les accompagnants, à trouver du bien-être pour surmonter l’épreuve imposée par la maladie. « On parle du malade mais assez peu de l’accompagnant », note Clémence Catherin, qui a fondé ce centre. « Nous proposons un panel de soins adaptés, et ce dès le diagnostic ».

« Un vrai manque »

Le projet naît d’un constat, posé il y a plus de quatre ans, que se font deux amies, Diane d’Autryve et Clémence Catherin. Si elles ne sont pas directement issues du monde médical, leurs vies personnelles sont marquées par des proches atteints du cancer. « Après cela, des malades nous appelaient, via des connaissances, pour nous demander des numéros de personnes à aller voir pour se sentir mieux », raconte Diane d’Autryve, ancienne manager chez un opticien. « On s’est rendu compte qu’il y avait un vrai manque ».

Pour le pallier, elles s’associent avec le Docteur Meyer, directeur de la Clinique de la Croix d’Or, en Suisse. « Diane et Clémence sont les moteurs du projet, mais elles m’ont proposé de rentrer dedans pour apporter l’œil médical », précise ce dernier.

 Des tables de massage.   Photo Maxime T’SJOEN
Des tables de massage.   Photo Maxime T’SJOEN
 Un endroit pour se faire coiffer.   Photo Maxime T’SJOEN
Un endroit pour se faire coiffer.   Photo Maxime T’SJOEN
 Des perruques et des bandanas proposés par des socio-coiffeurs.   Photo Maxime T’SJOEN
Des perruques et des bandanas proposés par des socio-coiffeurs.   Photo Maxime T’SJOEN
 Des tables pour les kinés et les ostéopathes sont également installées.   Photo Maxime T’SJOEN
Des tables pour les kinés et les ostéopathes sont également installées.   Photo Maxime T’SJOEN
 Des tables de massage.   Photo Maxime T’SJOEN  Un endroit pour se faire coiffer.   Photo Maxime T’SJOEN  Des perruques et des bandanas proposés par des socio-coiffeurs.   Photo Maxime T’SJOEN  Des tables pour les kinés et les ostéopathes sont également installées.   Photo Maxime T’SJOEN

Centraliser les soins

Prévue en 2020, l’ouverture du centre a été repoussée en raison de la crise sanitaire, au 25 mai dernier. D’ores et déjà 23 personnes interviennent, à raison d’une demi-journée par semaine. Des psychologues, un kiné, des sophrologues, une diététicienne ou encore des socio-esthéticiennes et d’autres corps de métiers, habitués à travailler avec des personnes malades. « Il faut épauler les gens qui sont en traitement pour leur apporter du mieux-être », souligne Clémence Catherin. Des activités physiques sont également proposées.

« La prise de contact est facilitée, puisqu’on vient pour un rendez-vous de kiné et l’on peut rencontrer un psy », assure Diane d’Autryve. « Pour nous c’était important de créer un lieu dédié au bien-être, différent de celui dans lequel l’on se fait soigner, où il peut être très difficile de retourner ».

Centre ONO, 283 rue de l’étang, Limonest. Tel. 04 81 06 07 90 https://www.centre-ono.com Certains soins sont remboursés par la Sécurité sociale, d’autres par les mutuelles, et d’autres ne sont pas remboursés.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?