Mobilité Le plan 10 000 vélos de la Métropole de Lyon

La pratique du vélo a explosé ces derniers mois dans la Métropole. Photo illustration Richard MOUILLAUD
La pratique du vélo a explosé ces derniers mois dans la Métropole. Photo illustration Richard MOUILLAUD

Le conseil de la Métropole se penchait lundi sur une mesure phare de l’exécutif écologiste : le prêt de vélos à des jeunes, sous condition de ressources.

« Vélo rime avec bobo », concède Fabien Bagnon, vice-président (EELV) aux mobilités « actives » à la Métropole de Lyon. Alors, pour que « la pratique se développe dans tous les milieux sociaux », et afin « d’améliorer la qualité de l’air » et « lutter contre la sédentarité des jeunes », la collectivité va prêter à l’automne 2021, 10 000 vélos à des étudiants boursiers en première année d’enseignement supérieur ou en parcours d’insertion professionnelle, âgés de 18 à 25 ans, et occupant un logement dans la Métropole de Lyon.

Les 10 000 vélos de seconde main seront acquis par la collectivité et prêté un an renouvelable, avec « un très bon antivol ».

Coût sur quatre ans : 4.8 millions d’€

La collectivité confiera à un partenaire privé la charge de gérer la flotte et d’instruire les dossiers. Coût sur quatre ans : 4.8 millions d’euros, sachant qu’une demande de cofinancement à hauteur de 50 % a été demandée à l’Agence de l‘environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Le centriste Christophe Geourjon propose d’englober les « jeunes en alternance ou en apprentissage y compris aux mineurs en grande précarité », avant de « s’interroger sur le coût de 440 euros par vélo ».

« Quelle bonne idée ! », lance d’abord Eric Vergiat (Synergies), cherchant ensuite où est « la caution et ce qu’il se passera en cas de vol ou de dégradation », suspectant une transformation du prêt en « don ». « Une délibération généreuse », pointe Michel Rantonnet (LR), regrettant que les conditions du prêt ne soient pas précisées.

Une idée pour la Région ?

Prenant au mot l’idée d’élargir la liste des bénéficiaires, Bruno Bernard, le président (EELV) de la Métropole suggère que la Région, qui a la charge de l’apprentissage, s’en empare. Quant au coût de la mesure, l’élu rappelle que la subvention à l’acquisition d’un vélo électrique mise en place par la précédente mandature a coûté « 8.5 millions d’euros ».

S. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?