Métropole de Lyon Lyon Parc Auto va encore accélérer sur l’autopartage

Les services d’autopartage Yea ! et Citiz ont vocation à prendre plus de place dans la stratégie de Lyon Parc Auto.  Photo DR /Guillaume Perret
Les services d’autopartage Yea ! et Citiz ont vocation à prendre plus de place dans la stratégie de Lyon Parc Auto.  Photo DR /Guillaume Perret

Selon une enquête dont Le Progrès vous révèle les principales conclusions en avant-première, les services d’autopartage Yea ! et Citiz sont massivement plébiscités par leurs utilisateurs.

Les services d’autopartage Yea ! (150 véhicules en « free-floating ») et Citiz (100 véhicules en stations) font toujours recette. Selon une enquête menée en ligne auprès de ses utilisateurs par Lyon Parc Auto, qui gère les deux services, l’adhésion est au toujours rendez-vous  : taux de satisfaction à 96 % pour Yea ! et 92 % pour Citiz. Mieux, les clients sont prêts à 96 % à recommander ces services, tout en les trouvant complémentaires (à 91 %).

Un taux d’occupation en hausse

Sur les usages, par rapport à la dernière enquête menée en 2019, il apparaît que le taux d’occupation des véhicules a grimpé (+ 6 % en deux ans). Les déplacements « s’effectuent en majorité à 2 personnes (41 %) contre 35 % à 1 personne seulement, 12 % à 3 personnes et même 10 % à 4 personnes dans le même véhicule », explique LPA. 

En tête des utilisations : aller voir famille et amis (60 %), se balader à l’extérieur de Lyon (52 %), transporter des objets encombrants (43 %)… La crise Covid a aussi modifié certains usages. Ils sont plus nombreux à prendre la voiture pour faire leurs courses, moins nombreux à se rendre à des spectacles ou soirées (-13 %) et ou à des rendez-vous professionnels (- 7 %).

Pourquoi choisissent-ils l’autopartage ? La « liberté », le « comportement écoresponsable » et « le souhait de faire des économies » figurent en haut des motivations. Mais deux nouvelles sont apparues, ce qui devrait parler aux automobilistes lyonnais : ne plus avoir de problème de stationnement (51 %) et bénéficier de voitures à proximité (45 %).

42 % des utilisateurs se sont séparés de leur voiture

Selon LPA, Citiz et Yea ! jouent un rôle important « dans la démotorisation », estimant, après avoir interrogé les clients, que plus de 4 400 voitures ont été supprimées ou non acquises. 42 % des répondants ont ainsi affirmé que l’autopartage leur avait permis de se séparer de leur voiture (+4 % en deux ans). L’étude montre aussi que la proportion d’utilisateurs « n’ayant pas de véhicules passait de 40 % avant l’inscription à 82 % après inscription ».

Ces données satisfont grandement la directrice de LPA Pascale Gibert, qui souhaite faire de l’autopartage un axe majeur de LPA, tout comme le président Fabien Bagnon. « LPA s’est engagé dès 2008 dans cette voie et cela confirme ce choix. L’autopartage, c’est un sujet d’avenir », explique-t-elle avant de faire le point sur les évolutions à venir. L’extension du service, à la fois géographique et en nombre de véhicules, semble évidente. « Il faut aller chercher des implantations plus liées aux lieux de travail, qu’aux lieux de vie, et travailler avec les entreprises », assure la directrice.

La gamme Citiz évolue

Par ailleurs, les Yea ! ont été changées et la gamme Citiz est « en cours de renouvellement » pour faire plus de places aux familiales, aux monospaces 7 places et en explorant de nouvelles pistes, comme les vélos-cargos. « Je suis très attachée à la notion de liberté et là, on pourra offrir un large choix qui répond à différentes envies », estime Pascale Gibert. La directrice explore d’autres pistes : un travail en réseau avec d’autres grandes villes, pour pouvoir utiliser son abonnement ailleurs, ou encore l’électrification de la flotte.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?