Lyon Depuis l’été dernier, Nettoyons Lyon a collecté 50 000 kilos de déchets : la motivation toujours intacte

A l’appel de l’association "Les Compagnons des Pavillons", trois tonnes de déchets ont été ramassés par les bénévoles de Nettoyons Lyon dans un parking abandonné dans le quartier Gerland.  Photo Progrès /DR
A l’appel de l’association "Les Compagnons des Pavillons", trois tonnes de déchets ont été ramassés par les bénévoles de Nettoyons Lyon dans un parking abandonné dans le quartier Gerland.  Photo Progrès /DR

A Lyon, les week-ends sont rythmés par les actions de Nettoyons Lyon, cette association connue pour sortir les trottinettes des eaux du Rhône et de la Saône. La dernière opération en date a eu lieu à Gerland, sur une zone envahie de dépôts sauvages. Trois tonnes de déchets ont été ramassées.

Encore une mission réussie pour l’association Nettoyons Lyon ! Les week-ends se suivent et se ressemblent pour cette association qui a fait de la dépollution de la capitale des Gaules, un sacerdoce. Après avoir organisé un éco-run au parc Blandan, le week-end du 1er mai , les bénévoles avaient rendez-vous ce 8 mai, dans le 7e arrondissement, quartier de Gerland. A l’appel des Conmpagnons des Pavillons, association de voisins vivant dans le secteur sud-ouest de Gerland mobilisés pour embellir leur quartier, ils sont intervenus pour ramasser les déchets des parkings de la rue du Vercors.

« Ces zones mi-publiques mi-privées étaient envahies de dépôts sauvages depuis de très longs mois, et nos divers contacts restaient au point mort », expliquent les Compagnons des Pavillons qui ont alors pris le parti d’alerter Nettoyons Lyon via l’application mobile « nettoyons ». Et d’ajouter : « Certaines sorties de parkings étaient devenues de vrais dépotoirs, remplis de déchets nauséabonds et excréments. Cela en faisait des zones désagréables, peu sûres et dangereuses. »

Le jour J, une quarantaine de personnes, équipées de gants, de gilets jaunes et de sacs, ont mis du cœur à l’ouvrage pour rendre à cet endroit, très passant vers le parc de Gerland, sa propreté. Les « avant-après » tirés de l’opération parlent d’eux-mêmes. Les escaliers, les recoins et les plates-bandes souillées ont retrouvé leur intégrité. À proximité, les piles de détritus attendent le passage des services de la Métropole. Place nette.

Des bonbonnes de produits chimiques, un moteur de voiture… et un sex-toy

Au total, 300 kilos de déchets ont été collectés. 25 kilos de canettes et autre petit métal, 800 kg d’encombrant en métal dont une ossature de scooter, un moteur de voiture, 2 caddies…, 60 kilos de plastique, 50 kg d’encombrants en plastique dont deux poussettes, 9 kilos de polystyrène, 66 kilos de carton, 350 kilos de tissus, 8 kilos d’électronique, 150 kilos de bois, 200 kilos de verre, 240 kilos de déchets « inclassables » dont un sex-toy, et 4 roues en bonus. « On ne parle pas seulement de déchets classiques. Il y avait aussi des bonbonnes de produits chimiques, de l’huile de moteur… C’est autant de déchets qui finissent par se retrouver dans la mer », explique Nicolas Navrot, président et fondateur de Nettoyons Lyon. Une opération qui permet à son association de passer le seuil symbolique de 50 000 kilos de déchets ramassés depuis son immatriculation le 3 septembre 2020. Le militant de la cause environnementale qui se revendique « apolitique » est plus motivé que jamais à « dépolluer les espaces marins et terrestres de la métropole lyonnaise, sensibiliser tous les publics et rassembler un maximum de personnes autour de projets environnementaux et d’enjeux sociaux ».

Faire naître des vocations écocitoyennes

Le fait est que moins d’un an après sa création, l’association citoyenne s’est taillé une vraie place dans le paysage lyonnais des acteurs engagés sur le plan écologique. On se souvient des premières pêches au cours desquels des vélos, trottinettes et autres barrières métalliques étaient sorties à grand renfort de crochets ou d’aimants accrochés au bout d‘une corde, des eaux du Rhône et de la Saône.

Depuis, l’activité est montée en puissance : les appels sur les réseaux continuent de drainer les bénévoles. D’une poignée, l’été dernier, ils sont aujourd’hui entre 40 et 50 à participer aux actions. À chaque fois, elles sont aussi militantes que conviviales. On s’y déguise, on organise des challenges, on pèse en direct, on remet des prix des déchets les plus insolites, on pose en groupe, les bras en l’air, heureux d’avoir contribué à nettoyer ces coins de Lyon et alentours souvent laissés à l’abandon. Ici un coin de parc, là un bout de canal… La semaine dernière, c’est sous le pont de Cusset à Villeurbanne que 5 tonnes de déchets avaient été retirées. L’association qui organise jusqu’à huit actions par mois, intervient également dans les écoles pour faire naître des vocations écocitoyennes et dans les entreprises afin de sensibiliser les salariés. Une histoire de petits ruisseaux, de grandes rivières et de prise de conscience.

Prochaine opération de Nettoyons Lyon : cession de nettoyage fluviale/terrestre (Grappins/aimants) au niveau du Pont Koenig le 15 mai pour retirer notamment les trottinettes électriques qui polluent les eaux de Lyon. Seuls les participants inscrits à l‘évènement et à jour de cotisation, pourront participer.

Tatiana VAZQUEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?