Lyon Implantation d’un KFC à Guillotière : un projet qui fait grincer

KFC étudie l’opportunité d’une implantation à la place de ce magasin de robe de mariées, face au McDonald’s de la place Gabriel-Péri.  Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK
KFC étudie l’opportunité d’une implantation à la place de ce magasin de robe de mariées, face au McDonald’s de la place Gabriel-Péri. Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK

Le géant du fast-food envisagerait de s’implanter au 18, cours Gambetta, à deux pas du McDonald’s de la place Gabriel-Péri à Lyon 7e. Un projet qui va à l’encontre du périmètre de sauvegarde commerciale voté au dernier conseil municipal.

Bientôt un KFC place du Pont, face au McDonald’s ? « C’est en cours d’étude », précise KFC France. Prochainement, au 18 cours Gambetta les robes de mariées pourraient laisser place à une nouvelle offre de restauration rapide, à quelques encablures d’un autre géant américain. Une perspective vue d’un mauvais œil par les riverains, l’association Guillotière en Colère en tête.

« C’est un condensé de ce qu’il ne faut pas faire à cet endroit», analyse Nathalie Balmat, sa présidente. «La place est déjà surpeuplée, dégradée par les trafics , les rodéos de scooters et la malpropreté. En rajouter ne serait pas la meilleure idée. » Par ailleurs, l’association regrette la densification de l’offre alimentaire dans le secteur. « Il faut des kebabs et des burgers, mais il ne faut pas que ça. Seule la mixité sociale et commerciale peut sauver le quartier. »

Point de vue partagé par la mairie écologiste. McDo et KFC de front ? Une implantation quelque peu antinomique avec le périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité , voté lors du dernier conseil municipal. La démarche vise à diversifier et dynamiser l’offre du secteur, en donnant la possibilité à la mairie de préempter le local.

La copropriété pourrait être décisive

Le timing pourrait cependant jouer en faveur de l’enseigne, le périmètre n’étant pas totalement effectif. Du côté de la mairie d’arrondissement, on précise que « rien n’est arrêté » et que le projet en est encore au stade de concertation avec le propriétaire et l’ensemble de la copropriété. Par ailleurs, le secteur étant compris dans une zone patrimoniale protégée, l’architecte des bâtiments de France devra également se prononcer.

La préemption, les habitants y croient peu. « S’il s’agit d’une cession de bail, la mairie ne peut rien faire », soupire Nathalie Balmat, qui compte sur la réactivité des copropriétaires pour bloquer les travaux nécessaires de mise en conformité. Selon le syndic de l’immeuble, célèbre pour son mur peint du cinéma , KFC pourrait solliciter d’ici la fin du mois une assemblée générale extraordinaire, pour notamment demander l’installation d’une cheminée.

Du côté de la boutique, rien ne laisse pourtant présager d’une quelconque volonté de cesser l’activité. Bien en place dans la vitrine éclairée, les robes attendent la reprise des mariages. Une livraison doit encore arriver. « C’est une rumeur », s’agace Laurent Gharbi, cogérant de cette entreprise familiale.

Avant de confirmer avoir bien été contacté par KFC. « On a été sondé. Mais entre être démarché et une vente, il y a un monde ». Et de prévenir : « Si demain une autre marque internationale donne ce qu’on escompte avoir en droit au bail ou pour la vente des murs, je ne regarderai pas l’avis populaire mais celui de ma poche et la suite de ma carrière. ».

Clémence OUTTERYCK

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?