Lyon 3e À 80 ans, Renaud Ott est lauréat du concours national des jardins potagers

Cette photo aérienne montre le jardin de Renaud Ott comme une toile de maître. Le maître-jardinier est assis en haut à droite de son jardin. Le dessin qui montre la relation en étoile des différents tuteurs pyramidaux pour les tomates à venir, a été tracé « selon un calcul résultants de données telluriques » Photo Progrès /D.R. Renaud Ott
Cette photo aérienne montre le jardin de Renaud Ott comme une toile de maître. Le maître-jardinier est assis en haut à droite de son jardin. Le dessin qui montre la relation en étoile des différents tuteurs pyramidaux pour les tomates à venir, a été tracé « selon un calcul résultants de données telluriques » Photo Progrès /D.R. Renaud Ott
Renaud Ott au milieu de ses productions d’avril 2021. Les artichauts seront bientôt à maturité et les fèves qu’on voit en fleurs suivront peu de temps après. Le maître jardinier apporte dans un gros dossier les photos de son jardin et les plans de ses tuteurs  Photo Progrès /Christian SALISSON
Renaud Ott au milieu de ses productions d’avril 2021. Les artichauts seront bientôt à maturité et les fèves qu’on voit en fleurs suivront peu de temps après. Le maître jardinier apporte dans un gros dossier les photos de son jardin et les plans de ses tuteurs  Photo Progrès /Christian SALISSON
Renaud Ott : « Quelques coups de griffe (binette) permettent aux racines de respirer et de profiter de l’humidité du sol ».  Photo Progrès /Christian SALISSON
Renaud Ott : « Quelques coups de griffe (binette) permettent aux racines de respirer et de profiter de l’humidité du sol ». Photo Progrès /Christian SALISSON
Cette photo aérienne montre le jardin de Renaud Ott comme une toile de maître. Le maître-jardinier est assis en haut à droite de son jardin. Le dessin qui montre la relation en étoile des différents tuteurs pyramidaux pour les tomates à venir, a été tracé « selon un calcul résultants de données telluriques » Photo Progrès /D.R. Renaud Ott Renaud Ott au milieu de ses productions d’avril 2021. Les artichauts seront bientôt à maturité et les fèves qu’on voit en fleurs suivront peu de temps après. Le maître jardinier apporte dans un gros dossier les photos de son jardin et les plans de ses tuteurs  Photo Progrès /Christian SALISSON Renaud Ott : « Quelques coups de griffe (binette) permettent aux racines de respirer et de profiter de l’humidité du sol ».  Photo Progrès /Christian SALISSON

Le concours national des jardins potagers est destiné à valoriser le travail des 47 000 allocataires de jardins ouvriers communaux de France a récompensé, en 2020, Renaud Ott, âgé de 80 ans et jardinier depuis 20 ans au clos Montchat. Rencontre.

« Je suis né dans une famille très liée à la terre, via la vigne et le vin, propriétaire des Domaines d’Ott, en Provence. Cela explique sans doute mon goût prononcé pour la nature et au-delà, pour le naturel en général, et j’ai toujours eu la passion de cultiver. A 10 ans, ma mère m’avait confié 10 m² de terrain. J’y ai cultivé des légumes et notamment des radis, que je lui vendais. Mais un peu rebelle, j’ai accompli ma vie professionnelle comme chef d’entreprise dans le secteur du BTP. Au moment de ma retraite, il y a vingt ans, la vie m’a amené à Lyon. Moi qui avais toujours habité une maison avec jardin, j’ai opté pour un appartement. Le jardin me manquait, je me suis donc inscrit à l’association des jardins ouvriers communaux de Lyon et je cultive depuis ce temps- là, une parcelle de 150 m² au clos Montchat, en bordure de la rue Jules-Massenet, dans le 3e  arrondissement. »

Une parcelle comme une toile de maître

Renaud Ott poursuit : « Lorsque j’ai reçu le courrier du jury de la section jardins potagers et fruitiers de la SNHF, fin 2020, m’annonçant ma qualité de lauréat, j’ai presqu’été surpris. Je n’avais fait que participer, sans contraintes particulières. Il est vrai tout de même que je cultive sans aucuns produits chimiques, en utilisant le compost que je produis moi-même, et en mêlant de façon artistique les fleurs aux légumes, le tout faisant naître une espèce de toile peinte au jardinage. Et chaque espace jardiné est entouré de petites tuiles “canal”, plantées debout. Elles protègent ainsi les plantations en leur gardant l’humidité nécessaire. »

Le résultat, c’est aussi une production en avance sur les jardins avoisinants. Renaud Ott peut déjà admirer ses fèves en fleurs, ses artichauts roses de Provence seront bons à déguster dans une quinzaine de jours et beaucoup de ses salades sont déjà prêtes à être cueillies. Sa production ? Il la distribue en grande partie aux voisins et amis.

Quant à la remise des prix du concours, à cause du Covid, elle s’est tenue courant mars 2021 en visioconférence.

Les autres passions de ce jardinier extraordinaire ?

Renaud Ott est également un passionné de radiesthésie et de magnétisme. Il lui arrive aussi de déposer des brevets industriels pour améliorer les constructions, notamment en matière d’isolation. Il avoue en effet que ses méthodes de jardinage ne l’occupent que quatre à cinq heures par jour en moyenne.

Contact : renaudoot.contact@gmail.com

De notre correspondant Christian SALISSON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?