Lyon Mise en place en 2019, la descente du bus à la demande après 22 heures est plébiscitée

la descente à la demande est possible sur toutes les lignes du réseau excepté pour les lignes Pleine Lune et les lignes 38, 83 et 55.   Photo Progrès /Joel PHILIPPON
la descente à la demande est possible sur toutes les lignes du réseau excepté pour les lignes Pleine Lune et les lignes 38, 83 et 55.  Photo Progrès /Joel PHILIPPON

En mars 2019, l’essai de la descente entre deux arrêts commençait doucement à être utilisé. Ce dispositif testé uniquement sur la ligne C14 après 22 h, a été étendu aux lignes 7, 52, C12, C5 puis il s’est généralisé pour devenir pérenne le 15 novembre 2019.

La descente de bus à la demande après 22 h a été testée en mars 2019 en premier lieu sur la ligne C14 qui comprend 33 arrêts de Jean-Macé aux Sources, à Écully. Puis elle a été étendue aux lignes 7, 52, C12, C5 et s’est généralisée pour devenir pérenne le 15 novembre 2019. Presque un an avant le décret officiel 2002-1276 relatif aux dispositifs de descente à la demande et modifiant diverses dispositions du code des transports en matière de sûreté dans les transports.

Depuis cette date, la descente à la demande est possible sur toutes les lignes du réseau excepté pour les lignes Pleine Lune et les lignes 38, 83 et 55 qui ne sont pas exploitées au-delà de 22 h.

« Les temps de trajets sont prévisibles et respectés » précise le service communication de Keolis « Le retour des conducteurs est positif. Humainement, ils participent au sentiment de sécurité des voyageurs sur le réseau. Techniquement parlant, cela n’impacte pas l’exploitation. » En effet, contrairement aux idées reçues, cet usage n’impacte par les temps de parcours étant donné qu’aux heures où la descente à la demande est pratiquée, le trafic est fluide et les aléas sont moindres.

Un accostage sous certaines conditions

L’opérateur privé de transport public engrange aussi de très bons retours de la part des usagers en termes de praticité, flexibilité, mais surtout au niveau du sentiment de sécurité en général. « Plus de 70 % des voyageurs ayant sollicité une descente à la demande étaient seuls. La descente à la demande a pour vocation de rassurer et d’offrir le plus de sécurité possible aux voyageurs. Elle doit être tout autant sécurisée » indique Keolis qui reconnaît que l’opération enregistre parfois des cas d’incompréhension chez certains usagers lorsque les conducteurs n’accèdent pas à leur demande au vu de la configuration.

Ainsi, la descente impliquant le stationnement et l’accostage du matériel roulant ne peut se réaliser qu’à certaines conditions : revêtement de la chaussée, cheminement piéton, éclairage suffisant, pas de mobilier urbain gênant, accostage du bus, etc.

Des cas isolés selon Keolis. La plupart des demandes étant, sauf cas exceptionnel, rationnelles et compatibles avec la configuration des lignes.

N.M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?