Rhône Swapfiets, le « Netflix du vélo », débarque à Lyon

L’entreprise compte déjà 220 000 abonnés en Europe.  Photo Progrès /DR Swapfiets
L’entreprise compte déjà 220 000 abonnés en Europe.  Photo Progrès /DR Swapfiets

La start-up néerlandaise, spécialiste de la location de vélo, se lance à Lyon le 30 mars. Que propose-t-elle ?

Surnommé le « Netflix du vélo », Swapfiets poursuit son extension. Après Paris en septembre 2020, la start-up néerlandaise fondée en 2014 débarque à Strasbourg, Toulouse, Nantes et Lyon à partir du 30 mars 2021.

Quel est le principe ? Swapfiets (« swap » pour « échanger » en anglais, « fiets » pour vélo en batave) propose des abonnements mensuels (sans engagement) incluant une monture (livrée ou à récupérer en boutique), un « service complet de réparation », une assurance casse et vol. Pas de free-floating donc, après les échecs douloureux de Gobee. bike et Indigo Weel , mais une location complète, à l’image de ce que propose Decathlon, saupoudrée de services.

220 000 utilisateurs en Europe

À travers toute l’Europe (Pays-Bas, Allemagne, Belgique, France, Italie…), les vélos au pneu avant bleu ont déjà séduit plus de 220 000 personnes. A Lyon, cette arrivée était dans l’air du temps depuis plusieurs mois et a été confirmée par le CEO Marc de Vries le 16 mars.

Une boutique et plusieurs offres

Swapfiets recrute encore des collaborateurs dans la capitale des Gaules et sa boutique est en cours d’installation au 72 avenue Maréchal de Saxe (Lyon 3), dans les anciens locaux de Tesla.

A Lyon, Swapfiets va proposer, à la location, le vélo classique (à partir de 16,90 euros par mois), le vélo deluxe à 7 vitesses (19,90 euros par mois), le vélo électrique « Power 7 » (75 euros par mois). Mais aussi une trottinette électrique (à partir de 40 euros par mois) et un scooter électrique (à partir de 119,50 euros par mois). Lancement le 30 mars.

J.-P. C.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?