Lyon Quartier Confluence: les changements, c’est maintenant

Depuis le mardi 22 mars, la circulation est interdite cours Charlemagne entre la rue Paul-Montrochet et le quai Antoine-Riboud.  Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK
Depuis le mardi 22 mars, la circulation est interdite cours Charlemagne entre la rue Paul-Montrochet et le quai Antoine-Riboud. Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK

La piétonisation du cours Charlemagne entre le quai Riboud et la rue Montrochet accompagne l’arrivée du T2. Un changement notable qui s’accompagne de l’évolution du quartier Confluence, avec notamment la plantation de 46 arbres sur la darse et l’esplanade François-Mitterrand.

Dans le quartier Confluence, c’est l’heure de la révolution. Ce mardi 22 mars sonnait la fin de la circulation entre le quai Riboud et la rue Montrochet. Pendant au moins trois mois, la zone est dévolue aux seuls piétons et vélos. Changement d’habitude obligatoire pour les automobilistes. Quant à la ligne de bus S1, elle est déviée par la rue Smith dans le sens Sud-Nord et par le quai Perrache dans le sens Nord-Sud. Les véhicules de secours sont autorisés à emprunter la voie, en cas d’urgence uniquement.

En cause, l’arrivée du tramway T2 , dont le prolongement jusqu’à l’arrêt Hôtel de Région-Montrochet est effectif depuis mercredi matin et permet de relier directement Saint-Priest au pôle commercial et ainsi de dégager l’échangeur de Perrache.

Une modification majeure qui a nécessité l’installation d’une zone de retournement le long de l’hôtel de Région, côté Montrochet, et risque de perturber la fluidité d’un carrefour déjà bien chargé.

«Rien n’est figé»

L’occasion pour la Métropole et la SPL Lyon-Confluence de miser sur un changement des usages et de tester l’ouverture de l’espace aux piétons qui devraient massivement affluer.

Initialement prévue jusqu’au début de l’été, l’expérimentation d’ailleurs pourrait être prolongée, afin d’envisager un usage le plus « normal » possible, hors restrictions sanitaires privant le quartier des télétravailleurs et des visiteurs du centre commercial. «Nous allons nous donner le temps d’essayer, explique Pierre Athanaze, vice-président de la Métropole en charge de l’Environnement. On sait que retourner à la circulation serait compliqué avec les tramways, mais rien n’est figé. »

46 arbres et des aménagements provisoires

L’occasion également de repenser un quartier jugé trop minéral et pas assez ombragé par ses habitants, d’après des études de terrain menées par la Métropole. Pour pallier un effet étouffant pendant les mois d’été, quarante-six arbres d’essences variées , résistantes à la sécheresse et au soleil, sont en cours de plantation. Soit dix-sept sur l’esplanade François-Mitterrand et vingt-neuf sur les marches de la darse où « paradoxalement, on se situe près de l’eau sans en avoir la sensation », observe Pierre Athanaze.

Et d’indiquer qu’une implantation « plus serrée que sur une végétalisation classique » et des semis aux pieds des arbres devraient accroître la fraîcheur. « Peu importe le résultat de la piétonisation, les plantations resteront », tient à préciser l’élu, qui prévoit le cas échéant d’en ajouter sur le trottoir.

Par ailleurs, trois aménagements seront provisoirement installés pour offrir aux promeneurs des espaces où se relaxer, se restaurer et jouer.

Clémence OUTTERYCK

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?