Caluire-et-Cuire Ces locataires qui voient d’un mauvais œil l’arrivée d’un immeuble de 4 étages

Mme Golliard, depuis son balcon, impuissante devant l’abattage des arbres de la résidence.   Photo Progrès /Jacques FONTES
Mme Golliard, depuis son balcon, impuissante devant l’abattage des arbres de la résidence.  Photo Progrès /Jacques FONTES
Les premiers coups de pelle du lundi 15 mars 2021 devant la résidence Les Maisons Neuves, rue Coste.  Photo Progrès /Jacques FONTES
Les premiers coups de pelle du lundi 15 mars 2021 devant la résidence Les Maisons Neuves, rue Coste.  Photo Progrès /Jacques FONTES
Mme Golliard, depuis son balcon, impuissante devant l’abattage des arbres de la résidence.   Photo Progrès /Jacques FONTES Les premiers coups de pelle du lundi 15 mars 2021 devant la résidence Les Maisons Neuves, rue Coste.  Photo Progrès /Jacques FONTES

Le collectif de retraités de la résidence les Maisons Neuves de la rue Coste, dont l’environnement va être totalement transformé ne masque pas sa grande inquiétude. La construction d’un immeuble de 4 étages a débuté. Arbres abattus, durée des travaux, nuisances, proximité du bâtiment…

En retrait de la rue Coste grâce à son parking et ses espaces végétalisés, la petite résidence des Maisons Neuves était restée tranquille depuis sa construction remontant aux années 1970. Faite uniquement d’appartements de type F1, elle était à l’origine propriété du groupe de protection sociale Pro BTP et destinée aux seuls retraités des Travaux Publics. Ceux-ci bénéficiaient de loyers modérés. Elle a été vendue à GrandLyon Habitat en 2014. Le contrat de vente garantissait le maintien des loyers et la protection du site. L’assurance de voir ce contrat respecté emplissait toutes les têtes de ces locataires implantés là pour certains depuis plus de vingt ans. Voilà que la sérénité installée s’écroule. Le vendredi 12 mars, les arbres qui avaient l’âge du bâtiment, ont été abattus. Lundi 15, les premiers coups de pelle sont donnés.

« Nous nous sentons vraiment maltraités »

De fait, un projet immobilier lancé par GrandLyon Habitat prévoit la construction d’un bâtiment de 4 étages avec parking souterrain (1). L’angoisse des résidents est totale. Elle tient d’abord à la durée des travaux, de l’ordre de vingt mois, et qui laisse présager une période de bruits d’engins et de vibrations qui seront difficiles à supporter. C’est ensuite à un parking qui sera creusé à l’aplomb de leurs balcons, empêchant même les locataires du rez-de-chaussée de sortir sur leur devant de porte bloqué par des palplanches. S’ajoute la suppression de toute vue dégagée du fait de la proximité du prochain immeuble. Enfin, c’est la disparition d’une ambiance végétale que les nouvelles plantations ne remplaceront pas rapidement. « À 92 ans, quel espoir puis-je avoir de m’installer à l’ombre des nouveaux arbres ? Nous nous sentons vraiment maltraités. Les mises en demeure que j’ai adressées à GrandLyon Habitat sont restées vaines. À croire que l’on veut nous faire disparaître », affirme Mme Golliard, locataire depuis dix-huit ans.

25

La future résidence l’Estampille comprendra 25 logements locatifs sociaux. Elle sera composée de deux bâtiments, un R + 4 en front de rue et un R + 3 en cœur d’îlot

De notre correspondant Jacques FONTES

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?