Villeurbanne Le tram T6 va obliger les forains du marché Leclerc à déménager

Le marché de produits manufacturés se situe sur la place de la gare de Villeurbanne. Le marché alimentaire est installé sur l’avenue Leclerc, là où prendra place le futur tramway.  Photo archives Progrès /Alice HUBERT
Le marché de produits manufacturés se situe sur la place de la gare de Villeurbanne. Le marché alimentaire est installé sur l’avenue Leclerc, là où prendra place le futur tramway. Photo archives Progrès /Alice HUBERT

Les marchés du quartier Grandclément seront bousculés par l’arrivée du T6. Celui de l’avenue Leclerc va disparaître au 31 décembre 2022 et devra être relocalisé. Les forains ne savent pas où ils déménageront mais ils ont appris que tous ne pourront pas continuer à travailler.

Les marchés manufacturé et alimentaire de Grandclément vont être fortement perturbés par l’arrivée de la ligne 6 du tramway. Elle ne devrait pas être mise en service avant 2026 mais les travaux d’aménagement commenceront dès 2023.

Fin 2022, les forains du marché alimentaire, qui se tient en extérieur le long de l’avenue Leclerc, ne pourront plus déballer. L’espace sera entièrement réservé au chantier. Le marché manufacturé, qui se trouve sur la place de la gare de Villeurbanne, risque lui aussi d’être fortement touché.

98 forains concernés

Étant prévenus dix-huit mois à l’avance, cette anticipation doit permettre aux 98 commerçants de trouver les meilleures alternatives possible. « Quoi qu’il en soit, un marché se tiendra à proximité du lieu actuel », garantit Paul Campy, adjoint au développement économique en charge des marchés.

Dans le quartier Grandclément, « c’est un marché d’envergure qui n’attire pas seulement les Villeurbannais mais aussi les Lyonnais et les communes périphériques », rappelle l’élu. Et de poursuivre : « Il est très important de conserver ce mode d’approvisionnement abordable et qui propose un bon rapport qualité/prix aux habitants. »

Le marché devra être réduit mais « conserver une diversité »

Même s’il se veut rassurant, Paul Campy admet qu’il va falloir « conjuguer durant plusieurs années avec les travaux, qui vont empêcher la tenue du marché alimentaire Leclerc. On n’aura que des solutions alternatives, et donc dégradées ». Ce rendez-vous trihebdomadaire (mardi, jeudi et dimanche matin) ne pourra plus accueillir tout le monde. « On devra malgré tout maintenir une diversité des produits et une équité dans ce marché temporaire », modère-t-il.

Une commission entre élus et commerçants

Afin de trouver l’option la plus adaptée, Paul Campy a rencontré ces forains lundi 1er et mardi 2 mars. Une commission sera mise en place avec les commerçants et leurs syndicats pour étudier cette relocalisation partielle et transitoire. Une question demeure sur la sélection des commerçants qui pourront continuer à exercer (lire par ailleurs).

Laurie ABADIE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?