Lyon Popotte Duck : une appli pour le canard domestique cuisinier

Romain Amate et Alexia Despote-Richard, co-fondateurs de Popotte duck.  Photo Progrès   /David TAPISSIER
Romain Amate et Alexia Despote-Richard, co-fondateurs de Popotte duck.  Photo Progrès /David TAPISSIER

Plus de deux ans après avoir lancé un financement participatif pour produire son assistant domestique et gastronome – sous la forme d’un canard –, la start-up lyonnaise Popotte Duck lance son application. Un complément au “cooking planner” qui devrait être produit avant la rentrée de septembre.

Imaginez… Vous ne savez pas quoi faire à manger pour ce soir, demain et pour le reste de la semaine. Les courses sont faites, vous avez des légumes, de la viande ou du poisson… Mais comment s’organiser afin d’être le plus efficace et le plus responsable possible ? Toutes ces questions, Romain Amate et Alexia Despote-Richard se les posent depuis près de quatre ans. Et aujourd’hui, enfin, après de nombreux retards, ils voient le bout du tunnel : Popote duck devrait enfin être produit pour rentrer dans les foyers en septembre.

Un complice “fun” dans la cuisine

Petit retour en arrière. En 2017, ils créent “La fabrique à popotte”, mais surtout dès 2018, lancent Popotte duck, un canard qui joue le rôle d’un complice de cuisine connecté. « Notre idée était de redonner, grâce à l’intelligence artificielle, du sens à l’alimentation : des recettes élaborées à partir des restes dans le réfrigérateur, la possibilité de remplacer un produit manquant dans la recette par un autre et du coup limiter le gaspillage », explique la cofondatrice Alexia Despote-Richard.

Rapidement, le canard – et son intelligence artificielle – évolue, s’adaptant aux contraintes : nombre de personnes pour le repas, équilibre entre les menus proposés, mais aussi multi-minuteur pour les recettes intégrées. Les yeux interagissent désormais en fonction des actions et une balance vient compléter le petit volatile fun et intelligent.

Stoppés par la crise sanitaire

Le financement participatif, en décembre 2018, est un succès , une cinquantaine de personnes leur font confiance. « Il nous fallait lancer, mais l’obtention des prêts a pris plus de temps que prévu… Nous avons trouvé une entreprise française pour produire le Popotte mais au moment où nous étions prêts à démarrer en janvier 2020, plus de nouvelles de nos fournisseurs de pièces électroniques en Chine… Et on connaît la suite », poursuit Alexia.

« Contribuer à l’autonomisation et à la prise de confiance »

Un mal pour un bien finalement. Durant la crise sanitaire, ils optimisent leur objet – l’écran digital, peu pratique lorsque l’on cuisine, laisse sa place à des boutons – et participent à plusieurs concours. Désormais labélisés I-Nov, Minalogic et French Tech Seed, les deux fondateurs, incubés chez Les premières , se penchent désormais sur une levée de fonds pour lancer la production… dans la Loire. « On sait désormais que le produit a un réel intérêt innovant », ajoute Romain Amate. « Par son côté sympa, il plaît aux enfants et aux parents. Il peut aussi contribuer à l’autonomisation et à la prise de confiance ».

Afin de sensibiliser les utilisateurs, la start-up a lancé, en ce début d’année, son application mobile gratuite sur Apple IOS. Le Popotte duck sera mis en vente pour 199 € et sera distribué par de la vente à domicile. Arrivée prévue pour la rentrée de septembre 2021.

Popotte duck - Site internet : https://www.popotteduck.com/

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?