Lyon Lyon : Feed Up, la plateforme culinaire qui veut changer le monde par nos assiettes

À travers Feed Up, Paul-Evan Diarra dit Latapie, ambitionne de rendre accessible et durable l’alimentation à l’échelle mondiale.  Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK
À travers Feed Up, Paul-Evan Diarra dit Latapie, ambitionne de rendre accessible et durable l’alimentation à l’échelle mondiale.  Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK
À travers Feed Up, Paul-Evan Diarra dit Latapie, ambitionne de rendre accessible et durable l’alimentation à l’échelle mondiale.  Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK

Ancien étudiant de l’Institut Bocuse, Paul-Evan Diarra dit Latapie développe une plateforme de streaming culinaire qu’il veut révolutionnaire pour la planète en agissant sur le contenu des assiettes. Il lance un appel au financement participatif.

Repenser l’alimentation mondiale et la rendre accessible à tous commence par réfléchir au contenu de nos propres assiettes. C’est la conviction profonde de Paul-Evan Diarra dit Latapie, qui lance Feed Up, une plateforme de streaming culinaire centrée sur la qualité des produits qui veut «casser les codes».

Le concept de Feed Up : une recette « emblématique » promue et expliquée par son chef, accompagnée d’une explication des atouts nutritionnels et de son empreinte carbone pour « bien comprendre d’où viennent les produits qu’on utilise ». Autre atout, la commande du panier de ces ingrédients, choisis sur leurs qualités terroir et éthiques. Des propositions comme des menus complets ou des séjours culinaires viendront compléter l’offre.

La plateforme, qui se veut interactive et communautaire, est le premier jalon d’une entreprise « tech » tournée vers l’avenir et la solidarité mondiale. Cette vulgarisation de plats « présumés irréalisables » s’inscrit dans une démarche plus globale. Chaque acteur est sélectionné pour son engagement et ses valeurs, à l’image du soutien affiché par le chef étoilé Christian Têtedoie, récemment auréolé d’un macaron vert au guide Michelin et élu cuisinier solidaire de 2020 par le Gault et Millau.

Une conviction née en Afrique

Profondément marqué par dix années vécues au Burkina-Faso où il a côtoyé la misère et la faim, le projet de Paul-Evan « était dans [s]es valises » à son retour en France. Il approfondit des études commerciales par des diplômes de management puis de leadership et d’innovation culinaire à l’Institut Bocuse. Mu par une « volonté de changer le monde », il met à profit le réseau tissé lors de son passage à l’Institut pour regrouper autour de lui une dizaine de profils multiculturels et multigénérationnels, qui partagent la même envie.

Dans un monde de l’immédiat, l’avenir est une notion plus que concrète chez le Lyonnais de 29 ans. « J’ai une vision sur 20 ou 30 ans. Il faut se porter vers le futur, penser à l’alimentation de demain ». Dans cinq ans, il se voit déjà aux États-Unis, plus précisément dans la Silicon Valley, d’où il pourra axer son développement vers l’Afrique. « Ce sera plus qu’une plateforme d’ici-là, ce sera une organisation solide », ambitionne Paul-Evan, pour qui la clé de la réussite réside dans la compréhension de l’intérêt de chacun, du politicien au villageois. « Le business social est l’avenir du profit dans ma définition ».

Le jeune entrepreneur déplore l’incurie des grands investisseurs pour leurs contemporains: « Elon Musk et Jeff Bezos ont déjà un pied en dehors de la Terre. Avant cela, trouvons une solution pour que tout le monde ait une alimentation saine et décente et après on pourra songer à aller ailleurs. »

Une campagne de financement participatif en ligne pour démarrer

Paul-Evan Diarra dit Latapie a besoin de 55 000 € pour accomplir le développement de la plateforme Feed Up, qu’il espère voir opérationnelle en juin.

Afin d’obtenir les fonds le plus rapidement possible, il vient de lancer une campagne de financement participatif sur Kickstarter. « Je sais que je vais réussir, que je vais trouver les moyens et me développer. Seulement si j’avais ce financement aujourd’hui, tout se débloquerait plus vite. » À commencer par une première embauche.

Par cette démarche, Feed Up entend par ailleurs fédérer et commencer la construction d’une communauté impliquée dans le projet et son évolution. « Les contributeurs seront les premiers utilisateurs. C’est avec eux que j’ai envie de démarrer », souligne le Lyonnais.

Renseignements : https://www.kickstarter.com/profile/feedup

Clémence OUTTERYCK

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?