Lyon Il crée un nouveau label de musique indépendant régional

Franck Viala a créé Label My Records il y a un an.  Photo Progrès /Eric BAULE
Franck Viala a créé Label My Records il y a un an.  Photo Progrès /Eric BAULE

En janvier 2020, le Label My Records voyait le jour. Deux mois plus tard, le Covid sapait le plan d’action de Franck Viala, son créateur. Les prestations en public, concerts et animations, sont toujours suspendues à ce jour.

« Le monde de la nuit me faisait rêver »

Si le Covid a stoppé net la vie du spectacle, il n’a pas empêché l’homme de forcer le destin avec de nouveaux projets. « Je suis le manager et le producteur de Cody Blackstone, auteure-compositrice-interprète, qui a beaucoup bougé depuis une dizaine d’années avec de grands noms et qui revient en 2021 avec un single puis un album de 14 titres. Nous sommes encore en train de finaliser le mix et mastering », raconte Franck Viala, 57 ans.

« Au départ de ma vie professionnelle, j’ai été commercial en bijouterie, mon père était fabricant à Lyon. Puis le monde de la nuit me faisait rêver. J’ai vite travaillé dans ce milieu pendant de nombreuses années. Mon job m’a amené au contact des artistes, je les accompagnais pendant leur show-case, j’échangeais avec les agents. Puis j’ai fait des saisons à Saint-Tropez où les rencontres dans le showbiz ont été nombreuses. J’étais dans le milieu comme un poisson dans l’eau ! J’avais alors pris le costume de manager », raconte-t-il.

Aujourd’hui, Franck Viala concrétise un rêve qui a mûri au travers de ses diverses expériences. « J’ai créé mon propre label et j’ai pris la casquette de producteur. Un label, c’est une maison de disque. Le travail d’un producteur n’est pas seulement une question d’argent en espérant un retour sur investissement. L’aventure de la production, c’est de révéler des talents, c’est aussi un coup de poker. Mon monde musical, c’est le jazz, la soul, la pop et le rock. Je m’engage pour un titre ou un album, de la fabrication à la promotion. »

Hélas, la crise sanitaire ralentit ses ambitions. « On ne peut pas faire grand-chose avec le Covid, on adapte notre stratégie. Si le spectacle s’est effacé, le pari est de lancer l’artiste autrement, notamment en convainquant les radios. Je travaille pour mettre les gens dans la lumière mais je préfère rester dans l’ombre. Et cela me rend heureux. Avec la crise, on ne désespère pas, on croit en nous et en l’avenir. »

Label My Records : contact.labelmyrecords@gmail.com ; 06.16.19.35.87.

De notre correspondant local, Eric BAULE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?