Métropole de Lyon Véhicules d’occasion : Trustoo vous aide à éviter l’arnaque

Le concept de Trustoo : se faire accompagner par un spécialiste de l’auto lors de son achat d’occasion. Photo DR
Le concept de Trustoo : se faire accompagner par un spécialiste de l’auto lors de son achat d’occasion. Photo DR

La start-up d’Ecully, qui propose aux particuliers désireux d’acquérir une auto d’occasion de se faire accompagner par un spécialiste lors de leur achat, sera mise en lumière ce dimanche dans Capital sur M6. Sur un marché de l’occasion porteur, Trustoo veut aussi gagner du terrain à l’international.

Sur un marché de l’automobile d’occasion qui a tout d’une jungle, l’idée de Trustoo est simple : la start-up d’Ecully propose aux acquéreurs potentiels de se faire accompagner par un spécialiste automobile lors de leur achat. Un expert qui va vérifier, et dire ce qui éventuellement ne va pas. Le concept, qui fait l’objet d’un sujet dimanche 14 février dans Capital sur M6, est né en mars 2019 de l’imagination et de l’association de Maxence Ghintran et Alexis Harnist, étudiants à Emlyon. Il s’appuie sur une plateforme digitale qui rayonne au national, et même au-delà.

Combien ça coûte ?

La prestation de Trustoo est facturée entre 199 euros (pour une citadine par exemple) et 249 euros (berline, SUV) en moyenne, selon la taille du véhicule. Les 550 spécialistes (auto-entrepreneurs) de la start-up installée à Ecully, qui vont examiner les véhicules, réalisent à chaque fois plus de 200 points de contrôle. Trustoo est contactée « par ceux qui ont déniché la perle rare en France ou à l’étranger », précise Alexis Harnist, co-fondateur, qui propose aussi le service pour les deux-roues.

 Alexis Harnist et Maxence Ghintran, les fondateurs de la start-up, explorent aussi des marchés de niche, type poids lourds ou camping-cars. Photo DR
Alexis Harnist et Maxence Ghintran, les fondateurs de la start-up, explorent aussi des marchés de niche, type poids lourds ou camping-cars. Photo DR

L’investissement peut être vite rentabilisé : les possibles défauts trouvés par l’expert peuvent se transformer en arguments pour faire baisser le prix de la voiture mise à la vente par un particulier ou un professionnel du secteur.

Un regard appuyé vers l’international

A l’arrêt quasi-complet lors du premier confinement, l’activité de Trustoo a vite rebondi au déconfinement qui a suivi : « Le marché de l’occasion a explosé », poursuit Alexis Harnist. Le chiffre d’affaires 2020 de la start-up s’est établi à 200 000 euros (25 000 euros en 2019).

Sur un marché porteur, l’équipe de 9 personnes entend poursuivre sa marche en avant. Pour accélérer le développement au national et poursuivre l’expansion à l’international (qui pèse environ 10 % de l’activité), Trustoo devrait s’appuyer sur une levée de fonds « imminente ». Hors pays francophones (Belgique, Luxembourg), la start-up regarde avec intérêt le marché allemand, qu’elle pourrait aller chercher. La jeune entreprise rhodanienne s’intéresse aussi « à des niches, du type camping-cars ou poids lourds » qui apparaissent comme autant de potentiels leviers de développements.

V. B.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?