Lyon Biodiver’Cité: un projet de potager urbain au cœur du 7e

Jacques et Lucie ont décidé de ramener la nature et les légumes en ville. Avec leur projet Biodiver’Cité, ils vont cultiver des légumes bios à côté de la place Jean-Macé. Photo Lou VINCENT
Jacques et Lucie ont décidé de ramener la nature et les légumes en ville. Avec leur projet Biodiver’Cité, ils vont cultiver des légumes bios à côté de la place Jean-Macé. Photo Lou VINCENT

Reproduire la nature au cœur de Lyon ? C’est le défi que se sont lancé trois jeunes avec leur projet Biodiver’Cité. Installés à côté de la place Jean-Macé (7e), sur près de 100m2, ils vont cultiver des légumes bios grâce aux principes de l’agroécologie, un nouveau mode de culture, adapté aux inconvénients de la ville.

« Aujourd’hui on a besoin de l’agriculture urbaine, de potager en ville. Il faut réduire les distances parcourues par les légumes jusqu’à nos assiettes ! », affirme Jacques, 22 ans, diplômé de l’école de commerce 3A. À l’initiative, l’ex-étudiant a monté le projet Biodiver’Cité avec Juliette et Lucie. Installé sur une parcelle de 100m2 à côté de la place Jean-Macé (7e), qui appartient à SNCF Immobilier et géré par l’association Territoires, le projet a pour but de développer l’agriculture bio-intensive grâce aux principes de l’agroécologie. « C’est une agriculture bio, sans pesticide, utilisant des engrais naturels composés de matières organiques (pailles, bois broyé, fumier), complète Jacques. On parle de maraîchage sur sol vivant ». Avec cet engrais, la captation de l’eau est meilleure ce qui permet d’en utiliser moins. « On arrive à des produits sains et bons, souvent gorgés de sucre car moins imbibés d’eau », ajoute Lucie.

« Grâce à l’agroécologie, on produit plus sur une plus petite surface »

Mûrement réfléchi depuis fin 2019, le projet est hébergé au sein de l’association Arc-En-Ciel France depuis octobre 2020, qui forme les jeunes à la gestion de projets environnementaux et solidaires. En plus de rendre les produits accessibles à tous grâce à l’agroécologie, les trois membres souhaitent développer le maraîchage bio-intensif, « un terme un peu barbare qui désigne produire plus mais sur une petite surface », affirme Lucie. Ne recourant qu’au travail manuel, ce mode d’agriculture est « idéal pour la ville ». Biodiver’Cité tend aussi à créer de l’emploi en embauchant trois jeunes au chômage du quartier de la Duchère (9e) : « On veut qu’ils soient fiers de ce qu’ils font, l’avantage du maraîchage c’est qu’on voit rapidement l’évolution et l’utilité de la mission », soutient Jacques.

 C’est l’association Territoires qui gère le terrain au 97 avenue Jean-Jaurès (7e). Le but : développer des projets alliant urbanisme, environnement et cohésion sociale. Photo Lou VINCENT
C’est l’association Territoires qui gère le terrain au 97 avenue Jean-Jaurès (7e). Le but : développer des projets alliant urbanisme, environnement et cohésion sociale. Photo Lou VINCENT

En juillet, les légumes bios et locaux seront vendus aux habitants, à des prix abordables

Pour protéger les légumes de la pollution des sols, ils seront cultivés dans des bacs de culture et la plantation commencera en mai. « Des habitants du quartier pourront venir nous aider afin que cela crée une cohésion sociale, qu’il y ait une transmission des savoirs sur l’agriculture urbaine », affirme l’initiateur du projet. À partir de juillet, courgettes, salades, tomates et moult variétés seront vendus au sein du potager (97 avenue Jean-Jaurès, 7e) , à des prix très abordables. Financé par un ensemble d’acteurs publics et privés, « les mairies sont intéressées par ce mode de culture et de consommation locale, on aimerait développer le projet dans d’autres arrondissements », réfléchissent les deux jeunes. Implanté aussi en Saône-et-Loire sur une parcelle de 1000m2, Biodiver’Cité s’inscrit dans un système économique durable : Jacques réfléchit déjà à la mise en place d’ateliers sur la biodiversité et l’agroécologie.

Facebook : @biiodivercite

L. V.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?