Lyon 1er Une Clairière au bord des quais de Saône, les Subsistances se mettent au vert

«Clairière des tilleuls», œuvre spécifique des SUBS. Le projet de Thierry Boutonnier à la place d’un parking, avec les balmes au fond et les deux rangées de tilleuls. Photo Collage Thierry Boutonnier
«Clairière des tilleuls», œuvre spécifique des SUBS. Le projet de Thierry Boutonnier à la place d’un parking, avec les balmes au fond et les deux rangées de tilleuls. Photo Collage Thierry Boutonnier

Engager un projet de végétalisation sur une partie du site des Subsistances, situé quai Saint-Vincent, en concevant une Clairière au milieu des tilleuls, l’opération imaginée par l’artiste-jardinier Thierry Boutonnier est lancée. Mais pour la réalisation, il faudra attendre des jours meilleurs.

Le projet s’appelle Substances... et il se passe aux Subsistances (SUBS), face à la Saône qui, à ce niveau du quai Saint-Vincent, dessine l’une de ses plus jolies boucles. L’idée dans ce lieu baigné d’histoire, de patrimoine et de culture est d’engager un projet de végétalisation d’une partie du site.

Pour l’instant, derrière les grilles fermées au public, on devine une première phase assez surprenante, sous la forme de trois tas de terre aux allures de pyramide, œuvre végétale éphémère qui a donné lieu d’ailleurs à une performance. 80 mètres cubes en tout, déposés là dans la cour de cet espace culturel qui abrite également l’école Nationale des Beaux-Arts.

« Cette terre a été apportée à l’origine, souligne-t-on aux Subsistances, pour un projet conçu par Olivia Grandville, contrarié par le Covid. Il s’agissait de récréer une vraie forêt sous la verrière, quelque chose d’éphémère qui n’a jamais pu voir le jour ». La question est alors rapidement posée, que faire de toute cette terre ?

Les trois pyramides installées aux Subsistances. A terme, elles seront transformées, modelées pour devenir Clairière des tilleuls. Photo Vladimir DMDJ
Les trois pyramides installées aux Subsistances. A terme, elles seront transformées, modelées pour devenir Clairière des tilleuls. Photo Vladimir DMDJ
Performance chorégraphique de Sylvain Prunenec aux Subs, c’était à l’automne dernier. Photo Isabelle BRIONE
Performance chorégraphique de Sylvain Prunenec aux Subs, c’était à l’automne dernier. Photo Isabelle BRIONE
Les trois pyramides installées aux Subsistances. A terme, elles seront transformées, modelées pour devenir Clairière des tilleuls. Photo Vladimir DMDJ Performance chorégraphique de Sylvain Prunenec aux Subs, c’était à l’automne dernier. Photo Isabelle BRIONE

Rafraîchir un lieu très minéral

Elle sera stockée sous une bâche puis utilisée pour la mise en place de trois pyramides de terre fertilisée mise en culture. Un ensemble imaginé par Thierry Boutonnier, inauguré en septembre dernier qui devait précéder la seconde étape du projet, l’aménagement de la Clairière des tilleuls. Qui prendrait place sur le parking fait de béton. Soit quelque 200 mètres carrés de bitume à retirer, sans abîmer les racines des tilleuls.

L’opération était programmée en début d’année, en présence du public, puis il s’agissait de répartir la terre des pyramides avec des professionnels pour donner vie à un étonnant espace vert placé entre six tilleuls conservés et diverses plantations à réaliser.

Pour quelle finalité ? Aménager un nouveau lieu propice à la sieste, aux concerts à ciel ouvert ou à toute autre expérience artistique… Et rafraîchir, c’est aussi l’intention, un lieu pour l’instant très minéral. Mais à ce jour, le calendrier «reste flottant». Mais on espère du côté des SUBS, lieu vivant d’expériences artistiques, une réalisation le plus vite possible.

A. Du.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?