Rhône Circulation inter-files des motos : c’est terminé à Lyon

Il y a eu trois accidents mortels et seize graves impliquant des deux-roues motorisés qui circulaient en inter-files sur le réseau expérimental, sur une période de 4 ans, dans le département du Rhône. Photo Progrès /Philippe Juste
Il y a eu trois accidents mortels et seize graves impliquant des deux-roues motorisés qui circulaient en inter-files sur le réseau expérimental, sur une période de 4 ans, dans le département du Rhône. Photo Progrès /Philippe Juste

Lancée il y a 5 ans, l’expérimentation qui consistait à autoriser le passage des deux ou trois-roues motorisés entre les files de véhicules à l’arrêt ou à vitesse réduite dans le trafic prendra fin le 31 janvier. Les résultats sont jugés peu concluants.

« On ne peut pas jouer avec la vie des gens. L’expérimentation menée ne permet pas au regard des données de tirer des conclusions », confie au Progrès la déléguée interministérielle à la Sécurité routière, Marie Gautier-Melleray.

Bien que pratiquée au quotidien par les conducteurs de deux et trois-roues motorisés, la circulation inter-files n’était pas autorisée par le Code de la route.

Elle était tolérée car expérimentée depuis quatre ans à Lyon et dans le Rhône. C’est désormais terminé.

Après le 31 janvier, quand vous serez au guidon de votre moto, il sera à nouveau interdit de remonter les files de voitures coincées sur le périph'.

11 départements concernés dont le Rhône

Rappelons-le, depuis février 2016, elle était autorisée à titre expérimental dans quatre zones géographiques françaises représentant onze départements : l’Ile-de-France, les Bouches-du-Rhône, la Gironde et le Rhône. Des bassins de vie particulièrement embouteillés aux heures de pointe.

L’objectif était de mieux protéger les motards qui pratiquent la circulation inter-files et d’en diminuer la dangerosité dans le but de la généraliser.

Sauf que. Cinq ans d’expérimentation n’ont pas suffi à la Sécurité routière  pour rendre un avis définitif. Les données recueillies et comparées entre 2012-2014 et 2016-2018 ne permettent pas, à ses yeux, d’autoriser cette pratique en toute sécurité, alors qu’elle est pourtant répandue.

Si, dans le Rhône, le nombre d’accidents sur les réseaux expérimentés en inter-files est stable, en Ile-de-France il y a eu une augmentation de 40 %, dans les Bouches-Rhône les accidents ont doublé et ils ont triplé en Gironde.

 

 Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la sécurité routière.   Photo Progrès /Cyril Entzmann
Marie Gautier-Melleray, déléguée interministérielle à la sécurité routière.   Photo Progrès /Cyril Entzmann

Trois morts en quatre ans

A Lyon, les chiffres sont à mettre en perspective avec l’augmentation du trafic et de la transformation des aménagements, le passage notamment de 90 à 70 km/h sur le périphérique.

À noter qu’il y a eu trois accidents mortels et seize graves impliquant des deux-roues motorisés qui circulaient en inter-files sur le réseau expérimental, sur une période de 4 ans, dans le département du Rhône.

 

Et après ? « Nous allons réfléchir à une nouvelle expérimentation en élargissant peut-être les cibles géographiques concernées et les modalités pour recueillir et traiter les données plus facilement afin de gagner du temps », souligne Marie Gautier-Melleray qui confie qu’au regard de la conjoncture l’évaluation a pris du retard.

Il va falloir attendre plusieurs semaines pour que la nouvelle expérimentation soit lancée après un avis du Conseil d’État. Elle devra être accompagnée d’une communication auprès de tous les usagers de la route pour une meilleure sécurité.

Courtoisie et respect mutuel pour partager la route

La circulation en inter-files répond à des règles strictes. Elle concerne uniquement les autoroutes et routes à au moins deux fois deux voies séparées par un terre-plein central et où la vitesse autorisée est comprise entre 70 et 130 km/h.

Lorsque le trafic est fluidifié et que les véhicules circulent à plus de 50 km/h sur au moins une des deux files, le deux-roues doit reprendre leur place dans le courant de la circulation.

Avant de s’engager en inter-files, il faut vérifier qu’aucun deux-roues n’y circule. Il faut également remercier par un signe les autres conducteurs qui laissent passer. « La courtoisie et le respect mutuel sont les fondements d’un partage de la route en toute sécurité », précise la Sécurité routière.

Damien LEPETITGALAND

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?