Lyon | Humour Cette humoriste part faire le tour de France des cafés-théâtres

Céline Francès et Plume, sa chienne, sont sur les routes de France.  Photo  Céline Francès
Céline Francès et Plume, sa chienne, sont sur les routes de France.  Photo Céline Francès

Humoriste lyonnaise débordante d’énergie, Céline Francès a décidé de partir sur les routes de France, à la rencontre d’artistes et de propriétaires de cafés-théâtres ou de salles de spectacles. Un « road-trip » que l’on peut suivre sur sa page Facebook.

Pouvez-vous nous décrire votre projet ?

« Je suis partie vendredi dernier (le 8 janvier, ndlr) à la recherche de la culture. J’ai voulu aller voir comment ça se passait pour les lieux, les cafés-théâtres où j’ai joué, ou pas. Rencontrer les artistes. L’idée était de savoir comment ils vont, comment ils se débrouillent… C’est un “road-trip”, je suis avec mon chien sur les routes de France. Au moment où je vous parle, je suis en train de traverser la forêt de Brocéliande. À chaque étape, j’ai la chance d’être hébergée sur place. Mais sinon je dormirai dans la voiture ! Je suis allée à Versailles, à Rennes, je serai ce soir à Poitiers. Je passerai par Agen, Toulouse, Avignon, Saint-Raphaël… »

Comment vous est venue l’idée ?

« C’est un peu un coup de tête. J’en avais marre de tourner en rond dans mon appartement. On a la grande chance en France d’être indemnisé lorsque l’on est intermittent du spectacle, comme c’est mon cas. Même s’il va falloir sans doute prolonger nos droits. Mais ce que l’on veut, c’est jouer ! On a parfois l’image d’artistes fainéants alors qu’on veut bosser ! Comme en Espagne, par exemple, où les artistes peuvent se produire. »

Vous étiez en colère ?

« Oui, il y a un sentiment de ras-le-bol. Le premier confinement a été plutôt bien supporté par les artistes, on faisait des animations sur Internet, il y avait une solidarité qui s’exprimait. Mais pour le deuxième confinement, ce n’est pas la même chose, il n’y a pas de réelles perspectives auxquelles s’accrocher. Le moral est à zéro. Heureusement, j’ai été accueillie dans tous les lieux où je me suis arrêtée avec un grand sourire. Ça redonne la pêche. Même quand c’est dans un endroit comme Les Planches, à Poitiers, où c’est encore plus difficile, parce que c’est un petit café-théâtre qui venait tout juste d’ouvrir… »

On peut vous suivre sur votre page Facebook (1)  ?

« Oui j’ai déjà fait pas mal de photos, de vidéos (notamment quand je suis partie en mer au large de Rennes). Ma chienne Plume, une border-collie, est très sage. C’est un excellent modèle ! »

Avez-vous des dates prévues à la rentrée ?

« Je devais jouer le 20 janvier à l’Espace Gerson, autant dire que c’est foutu. Et avec tous les reports, ce ne sera pas avant 2022. Mais j’ai une belle opportunité avec une vingtaine de dates prévues en mars, à Agen, je croise les doigts… En 2019, j’avais beaucoup de dates mais je n’ai joué en tout et pour tout que huit fois ! »

(1) Céline Francès La Page, www.facebook.com/scenine

Propos recueillis par Nicolas BLONDEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?