Lyon 7e Depuis cinq ans, le Bus du partage s’arrête place Jean-Macé pour les SDF

Chaque mercredi, des bénévoles  offrent café et vêtements chauds à des personnes dans le besoin, place Jean-Macé (7e).  Photo Lou VINCENT
Chaque mercredi, des bénévoles offrent café et vêtements chauds à des personnes dans le besoin, place Jean-Macé (7e).  Photo Lou VINCENT

Tous les mercredis, place Jean-Macé (7e), le Bus du partage et ses bénévoles accueillent et distribuent des vêtements, du linge à des personnes dans le besoin. Une initiative hebdomadaire qui dure depuis presque cinq et qui a su créer de véritables liens de confiance et d’échange. Reportage.

Malgré le froid, c’est dans une ambiance chaleureuse et conviviale que les bénévoles accueillent les personnes dans le besoin. Place Jean-Macé (7e), un grand camping-car vert est installé tous les mercredis de 10 h à 12 h et de 14 h 30 à 16 h 30 en face de la mairie.

« C’est le bus du partage. On y accueille des particuliers et associations qui viennent faire des dons matériels, et on redistribue de main à main aux personnes qui n’ont rien », confie Gérard Pascal, bénévole depuis la première heure. Installé depuis le 3 février 2016, le bus accueille des personnes sans-abris , en grande solitude autour d’un café et des viennoiseries : « Ici c’est comme s’ils avaient une famille, confie le responsable du bus de 67 ans. On les écoute et on leur donne ce dont ils ont besoin sans les juger ». Certains mercredis, une centaine de personnes passent par ce grand camping-car, souvent des hommes sans-abris.

« On relie deux mondes qui s’ignorent : ceux qui ont trop et ceux qui n’ont pas assez »

Le Bus du partage est un projet lancé par l’ association Réflexe Partage , créée en 2003 à Châteauroux. À l’origine, l’organisme réalisait des missions en Mongolie, au Mali et en Roumanie pour apporter des aides matérielles aux enfants et populations en grande précarité.

Depuis cinq ans, l’association a dû arrêter ses expéditions à l’étranger, contre leur volonté, et s’est concentrée sur des missions en France.

« Dans notre pays aussi il y a beaucoup de précarité. En demandant aux gens qui ont trop de donner à ceux qui n’ont pas assez, cela permet de relier deux mondes qui s’ignorent », affirme Gérard Pascal.

Au total, quatre bus sont actifs, dont deux dans la région, pour récolter des vêtements (principalement pour les hommes), du linge et des produits d’hygiène .

 Depuis février 2016, le bus vert prend place face à la mairie : « C’est comme s’ils avaient une famille, on les aide sans les juger ». Photo Lou VINCENT
Depuis février 2016, le bus vert prend place face à la mairie : « C’est comme s’ils avaient une famille, on les aide sans les juger ». Photo Lou VINCENT

Une maison d’accueil pour les sans-abris est à venir

De nouveaux projets sont à venir pour renforcer l’aide auprès des personnes dans le besoin. « L’action la Main Tendue a débuté en septembre 2020. C’est au-delà du matériel : on aide pour remplir des dossiers administratifs, apprendre le français, ou encore garder les enfants pour soulager la mère célibataire », affirme le bénévole.

Le bus est toujours de la partie, « c’est lui le vecteur des rencontres ». La création d’une maison d’accueil est aussi en réflexion : « On cherche un terrain dans la Métropole. C’est la dernière étape de notre processus d’aide ».

En attendant, les habitués viennent se réchauffer et discuter avec les bénévoles, qui eux aussi se sentent chanceux dans cette aventure humaine  : « Il y a de la richesse dans chacun d’eux, confie Gérard Pascal. Ils ont beaucoup de choses à nous apprendre ».

Lou VINCENT

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?