Lyon 1er | Vie quotidienne A Lyon, un collectif contre les potelets blancs de la rue de la Martinière

La rue de la Martinière a été réduite à une voie de circulation, balisée par une impressionnante rangée de plots.  Photo Progrès /Eric BAULE
La rue de la Martinière a été réduite à une voie de circulation, balisée par une impressionnante rangée de plots.  Photo Progrès /Eric BAULE

Dans une lettre ouverte adressée aux élus, un collectif d’habitants et de commerçants du quartier de la Martinière dénonce les dangers que représentent les nouveaux plots blancs installés dans la rue éponyme.

On s’en souvient, l’accueil réservé aux plots blancs rue de La Martinière avait été fortement mitigé. C’était mi-novembre, les riverains et les commerçants avaient découvert un matin leur rue, réduite à une seule voie, équipée d’une double piste cyclable, matérialisée par une rangée de potelets blancs en plastique. Plus de place pour les vélos et les piétons, moins de place pour les voitures y compris pour le stationnement, neutralisé : la nouveauté avait entraîné remarques et critiques alors que du côté de la mairie du 1er arrondissement, on précisait qu’à la suite de comportements routiers « plutôt agressifs », on avait voulu donner « une impression visuelle resserrée très forte » pour freiner les ardeurs. On parlait aussi « d’expérimentation temporaire » dans le cadre de l’urbanisme tactique développée par la Métropole, en affirmant que si le retour d’expérience était bon, un projet de réaménagement de la rue, mais aussi de la place Rambaud pourrait voir le jour en 2021 ou 2022.

insécurité pour les piétons

Eux n’ont pas attendu la fin de l’expérimentation pour monter au créneau. Après les habitants réunis dans « Les Pentes en colère » qui dès les premiers jours pointaient du doigt «un quartier défiguré», un collectif de riverains et de commerçants du quartier de la Martinière a été formé pour dénoncer l’aménagement. Leurs arguments ne manquent pas. Insécurité pour les piétons, embouteillage pour les automobilistes, difficultés de circulation pour les urgences, fréquentation des restaurants et de l’hôtel en danger, travaux rendus impossibles dans les immeubles adjacents, inesthéticité de l’installation dans le quartier remarquable de la Fresque des Lyonnais, problèmes de stationnement pour les cars touristiques et les livraisons de restaurants…

Dans une lettre ouverte adressée à la maire du 1er arrondissement, au maire de Lyon, au président de la Métropole et à son vice-président en charge de la mobilité, ils réclament une rencontre pour « formuler des propositions tendant à concilier la sécurité des piétons et des cyclistes, les impératifs de vie quotidienne des résidents et ceux liés à l‘exploitation des commerces de proximité, la préservation de la qualité de vie dans le quartier ».

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?