Lyon Khalis Djoudi lance Exode, un déodorant biologique

Khalis Djoudi, fondateur de Exode.  Photo  DR
Khalis Djoudi, fondateur de Exode. Photo DR

Il était auparavant commercial dans les produits chimiques, il se lance aujourd’hui dans la création de déodorants biologiques. Khalis Djoudi est sans doute un homme de contrastes, toujours est-il qu’en 2019, il a choisi un domaine aux antipodes du métier qu’il faisait jusqu’alors. « J’aimais être commercial, être au contact des gens, mais je ne trouvais pas de sens dans les produits que je vendais », raconte le jeune entrepreneur de 23 ans.

Le produit pour lequel il va changer de vie, c’est un déodorant, qu’il utilise depuis deux ans déjà, imaginé et conçu par sa tante. « Lors d’un voyage en Turquie avec un ami, je lui ai prêté mon déodorant. À notre retour il m’a harcelé pour que je lui en redonne. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire », explique Khalis Djoudi.

Une fabrication au printemps

Il en fabrique alors dans sa cuisine, le fait tester à ses amis et à sa famille et face aux retours unanimes, il se lance. Il quitte son emploi en janvier 2019, rejoint le programme Entrepreneurs dans la ville (crée par Sport dans la Ville en partenariat avec EMLyon), réunit entre 5 000 et 10 000  euros de fonds personnels et trouve un laboratoire capable de développer et tester sa formule.

« Le domaine de la cosmétique est très encadré et nous avons des normes à respecter », explique-t-il. En ce moment, le laboratoire parisien conçoit la recette du produit et Khalis Djoudi veille au grain pour que celle-ci corresponde en tout point à son idée de départ. Après les trois mois de test nécessaires en laboratoire, la fabrication pourra débuter, « d’ici le mois d’avril-mai », espère-t-il. Viendra le temps de la commercialisation, « sur internet et peut-être quelques revendeurs, des enseignes bio » que ce déodorant naturel à l’huile de nigelle pourrait convaincre.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?