Lyon Centre commercial de la Part-Dieu : fin de la métamorphose en 2021

La nouvelle entrée La Lanterne.  Photo Progrès /Aline Duret
La nouvelle entrée La Lanterne.  Photo Progrès /Aline Duret

Entamé en 2017, le projet de restructuration du centre commercial de la Part-Dieu se poursuit. Après une première phase qui a vu ce week-end l’ouverture de La Lanterne, nouvelle structure qui abrite une trentaine d’enseignes, d’autres étapes sont annoncées en janvier prochain.

C’est un « chantier complexe » qui se poursuit. Et pour lequel un point final devrait être mis au troisième trimestre 2 021 avec l’ouverture au public de l’UGC Ciné-Cité Part-Dieu et ses 18 salles, qui trouveront place au sommet du centre commercial. D’ici là, il y a encore beaucoup à faire pour boucler le projet de rénovation et d’extension de l’édifice qui a démarré en 2017.

C’est en tout cas ce que sont venus dire les aménageurs de cette imposante opération, Anne-Sophie Sancerre et Alexis Dubois, respectivement, directrice générale Retail France et directeur du développement au sein du groupe Unibail-Rodamco-Westfield (URW) ainsi que Jean-Philippe Pelou Daniel, directeur du centre de shopping La Part-Dieu. Et cela, quelques jours après l’ouverture au public de La Lanterne, nouvelle entrée qui ouvre sur une des parties neuves de centre et dans laquelle a été aménagée une quarantaine de boutiques.

L’émergence de nouveaux concepts

Une trentaine d’entre elles ont ouvert leurs portes samedi 28 novembre ainsi que deux niveaux de parking aménagés juste au-dessous. En attendant l’arrivée en 2021, d’autres boutiques dans les niveaux supérieurs. Dans ce projet, il s’agit bien, précise Anne-Sophie Sancerre, « d’accompagner le renouvellement des enseignes et favoriser l’émergence de nouveaux concepts, avec par exemple le Food Society, un concept de kiosques autour de la restauration locale ». Un espace de restauration créé sur le toit terrasse et ses 7 000 mètres carrés d’espaces paysagers sont aussi programmés.

Réalisé en site occupé, le projet de réaménagement du centre commercial est « un chantier complexe », admet Alexis Dubois, qui ne compte plus les défis qu’il leur a fallu relever. Amener de la lumière, ouvrir le bâtiment sur la ville, surélever, aménager des jardins sans surcharger la structure initiale… La tâche a été confiée aux architectes de l’agence MVRDV.

Trois escaliers monumentaux

Du coup, le projet repose sur quelques idées-forces, aujourd’hui parfaitement visibles visant à faire de ce bâtiment, non plus un centre de commerces mais « un espace aux fonctions multiples, chaleureux », tourné vers la consommation de demain. C’est l’intention.

Résultat : des façades transparentes respectant l’architecture d’origine, trois entrées flanquées d’escaliers monumentaux, dont La Lanterne, une extension de 14 mètres sur la rue Bouchut, une toiture traitée de façon à assurer le plus possible une climatisation naturelle, ont été créées…

Sans oublier l’espace paysager pour lequel 2 000 tonnes de substrat ont été amenées. Une transformation pour laquelle le groupe URW a investi pas loin de 400 millions d’euros.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?