Transports TCL gratuits pour les précaires: un coût de 10 à 12 millions par an

Au 1er janvier 2021, les bénéficiaires du RSA notamment pourront accéder au réseau TCL gratuitement. Photo archives Maxime JEGAT
Au 1er janvier 2021, les bénéficiaires du RSA notamment pourront accéder au réseau TCL gratuitement. Photo archives Maxime JEGAT

Le syndicat des transports en commun a voté la mesure, ce lundi 23 novembre, permettant à 130 000 personnes de pouvoir se déplacer gratuitement à partir du 1er janvier 2021.

Il était question d’argent au comité des transports en commun lyonnais qui se réunissait à distance, ce lundi. Non « pour augmenter les tarifs au 1er  janvier, comme chaque année », mais pour les geler, et même pour accorder la gratuité du réseau aux plus fragiles.

Cette promesse de campagne des écologistes coûtera entre « 10 et 12 millions » par an, précise Bruno Bernard, le président (EELV) de l’autorité organisatrice des transports (Sytral). « Au bout du mandat, ça fera 60 à 72 millions d’€», calcule Michel Le Faou (LaREM), pour qui la mesure (mise en place le 1er janvier 2021) va nécessairement entamer les « capacités d’investissement ».

Béatrice Vessillier (EELV) n’est pas de cet avis, estimant que « grâce à la situation financière saine du Sytral, cette gratuité de la solidarité n’obérera pas le développement ambitieux du réseau ». Mais la crise économique pourrait bien alourdir le nombre de bénéficiaires, met en garde Alexandre Vincendet, le maire (LR) de Rillieux-la-Pape…

Mais qui finance cette gratuité ? L’ancienne sénatrice centriste, Michèle Vullien, rappelant que les entreprises sont les grandes contributrices des transports en commun, vient aussi indiquer que ces dernières « ne souhaitent pas financer la gratuité ». Des entreprises dont certaines prennent bien en charge la carte d’abonnement de leurs salariés à 100 %, relèvera de son côté le maire (PS) de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael.

« Fausse bonne idée »

La gratuité serait « une fausse bonne idée », pour Alexandre Vincendet. « Devoir payer une somme même modique, c’est avoir une part de dignité », estime l’élu. La mesure serait également contre-productive sur le front de l’emploi, car « la première punition sera de payer son transport dès qu’on aura retrouvé un travail ! » pointe encore le patron des Républicains dans le Rhône. « Ne retombons pas dans nos travers politiques classiques », exhorte alors le maire le Villeurbanne, pour qui « il ne faut pas opposer les précaires avec emploi et les précaires sans emploi… »

Avec tout ce volet social, on en aurait presque oublié la qualité de l’air, pourtant bien médiocre en ce début de semaine. « Accéder plus facilement aux transports en commun est une très bonne piste pour lutter contre la pollution », signale Laurent Legendre (LFI), rejoint par Marie-Christine Burricand (PCF) pour qui il faut impérativement « réduire la part de la voiture en ville ».

Les bénéficiaires

Gratuité pour les bénéficiaires du RSA (et ses ayants droit, généralement le conjoint et les enfants), de l’allocation supplémentaire d’invalidité, l’allocation aux adultes handicapés, l’allocation de solidarité aux personnes âgées, les malvoyants, mutilés de guerre ou de travail de plus de 65 ans, demandeurs d’asile et leurs ayants droit, demandeurs au séjour.

Le Sytral estime que 130 000 personnes pourront bénéficier de la gratuité (à comparer aux 400 000 abonnés du réseau TCL). Celles qui sont déjà abonnées (9,30 € à 18,60 € aujourd’hui) et éligibles à la gratuité, seront destinataires d’un courrier des TCL.

Tarif à 10 euros intégré automatiquement pour les abonnés parmi lesquelles les collégiens et lycéens boursiers, les personnes non imposables de plus de 65 ans et ou retraité à partir de 60 ans non bénéficiaires de l’Aspa, les anciens combattants et veuves d’anciens combattants, les personnes non imposables et bénéficiaires d’une allocation Pôle Emploi ou bénéficiaires d’un CIE, etc.

Ces personnes sont au nombre de 70 000.

Rhônexpress : ceux qui l’aiment prendront le train

Après avoir accordé une diminution de 50 % du tarif Rhônexpress (liaison avec Lyon/Saint-Exupéry) au précédent comité syndical, les élus ont voté une baisse du prix du billet à destination des jeunes et de ceux qui seront munis d’un billet de train au départ ou à l’arrivée de la gare TGV située à l’aéroport.

Ainsi, au 1er janvier 2021, un aller simple coûtera 10 € (contre 13,60 € ou 16,30 € aujourd’hui) et un aller-retour, 19 € (contre 24 € ou 28,30 €, aujourd’hui). « L’avion est indispensable dans certaines solutions, même s’il est polluant. Cela permet notamment aux personnes qui ne disposent pas d’autre moyen, de pouvoir se rendre dans leur pays d’origine et garder le lien avec leur famille », a déploré Marie-Christine Burricand (PCF), tandis que Christophe Quiniou (LR) a considéré que le tarif ne devrait pas différer en fonction de son utilisation finale.

Selon l’exécutif, la mesure représente entre « 1.3 et 1.6 million d’euros » par an.

S. M.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?