Musée Gadagne Deux artistes rencontrent Lyon : on est loin de la carte postale !

Laurent Bonneau, auteur de BD, originaire de Bordeaux,   a découvert et croqué Lyon. Photo Joël PHILIPPON
Laurent Bonneau, auteur de BD, originaire de Bordeaux, a découvert et croqué Lyon. Photo Joël PHILIPPON
Les photographies de Marie Demunter.  Photo Joël PHILIPPON
Les photographies de Marie Demunter. Photo Joël PHILIPPON
Les dessins au stylo-bille de Laurent Bonneau  Photo Joël PHILIPPON
Les dessins au stylo-bille de Laurent Bonneau  Photo Joël PHILIPPON
Des paysages « à distance de l’image flatteuse des cartes postales » admet le directeur de Gadagne.  Photo Joël PHILIPPON
Des paysages « à distance de l’image flatteuse des cartes postales » admet le directeur de Gadagne.  Photo Joël PHILIPPON
Laurent Bonneau, auteur de BD, originaire de Bordeaux,   a découvert et croqué Lyon. Photo Joël PHILIPPON Les photographies de Marie Demunter.  Photo Joël PHILIPPON Les dessins au stylo-bille de Laurent Bonneau  Photo Joël PHILIPPON Des paysages « à distance de l’image flatteuse des cartes postales » admet le directeur de Gadagne.  Photo Joël PHILIPPON

L’un est bordelais, l’autre est bruxelloise, ils forment un couple qui vit dans le Sud. Laurent Bonneau, dessinateur, auteur de BD, et Marie Demunter, photographe, ont été conviés par Xavier de la Selle, le directeur du musée Gadagne, à immortaliser la ville.

De janvier à juillet, ils ont séjourné dans cette cité inconnue à raison d’une semaine par mois, guidés par des rencontres avec des habitants. Ils dévoilent leurs impressions avec cette exposition Lyon, une rencontre présentée jusqu’au 3 janvier : 27 dessins et 22 clichés, ainsi que des extraits des échanges avec les résidents.

« J’ai abordé la ville par les Subs. Ce qui m’a marqué : c’est une ville construite sur la géographie fleuves/collines », indique Laurent Bonneau. Dans son objectif, sa compagne a privilégié les architectures et les visages.

D’où vient alors ce sentiment de tristesse et de grisaille qui n’est pas sans ressusciter un passé brumeux ? Ce sont des paysages « à distance de l’image flatteuse des cartes postales » admet le directeur dans la préface du livre qui accompagne l’exposition;

Jusqu’au 3 janvier, Gadagne, place du Petit-Collège, Lyon 5e.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?