Rhône Les retrouvailles avec le théâtre des Célestins, à Lyon

Philippe Torreton, dans "La vie de Galilée", mise en scène par Claudia Stavisky, à voir du 7 au 18 octobre. Photo Simon Gosselin
Philippe Torreton, dans "La vie de Galilée", mise en scène par Claudia Stavisky, à voir du 7 au 18 octobre. Photo Simon Gosselin

42 spectacles, 322 levers de rideau… Claudia Stavisky et Pierre-Yves Lenoir, co-directeurs des Célestins ont concocté une saison riche et innovante dont voici quelques temps forts.

 Claudia Stavisky et Pierre-Yves Lenoir, co-directeurs des Célestins, lors de la présentation de la saison.   Photo Isabelle BRIONE
Claudia Stavisky et Pierre-Yves Lenoir, co-directeurs des Célestins, lors de la présentation de la saison.   Photo Isabelle BRIONE

Travaux finis

Pendant le confinement, le théâtre des Célestins a été fermé pour travaux. Les cintres et leur pilotage ont été refaits. La salle, les axes de circulation, les loges et le foyer des artistes ont été rafraîchis. Le théâtre peut aujourd’hui accueillir le public avec une jauge à 60 %. On retiendra que les agents d’accueil sont habillés par un styliste lyonnais Maison Martin Morel (installé juste à côté, passage de l’Argue) et qu’un autre Lyonnais, Patrice Mulato , coiffeur et créateur de soins capillaires naturels, veille à la chevelure des équipes.

 Philippe Torreton (à droite) jouera le spectacle avec Richard Kolinka (à gauche), ex-batteur de Téléphone, et Aristide Rosier.   Photo mise à disposition par la
Philippe Torreton (à droite) jouera le spectacle avec Richard Kolinka (à gauche), ex-batteur de Téléphone, et Aristide Rosier.   Photo mise à disposition par la

Journée particulière

Le 26 septembre, devait se tenir la fête d’ouverture, elle est remplacée par un après-midi de retrouvailles. Au programme, à partir de 14 h, une exposition de Martin Lebrun, l’illustrateur du programme de la saison. «J’ai essayé de mettre en image chaque pièces par un élément unique et les décors sont très peu figurés» explique-t-il. Il y aura des rencontres et un concert/lecture de Philippe Torreton et Richard Kolinka (à 19 h 15). Nous y voilà est né pendant le confinement car les deux artistes sont voisins, à Fontenay-sous-Bois.

Des grands noms

On retrouvera, dans cette saison riche et innovante, tout naturellement Philippe Torreton, habitué des lieux dans La Vie de Galilée (Brecht), mis en scène par Claudia Stavisky, repris en octobre après un succès à Paris et une tournée en Belgique. « Pas de création cette année, souligne la directrice, il faut faire des économies ». Le comédien, lui reviendra au coté d’Anne Brochet, dans Tout mon amour de Laurent Mauvigner. Présents aussi : Jérôme Deschamps avec son Bourgeois gentilhomme, annulé en mai, reprogrammé en décembre au Radiant. Emmanuelle Devos dans L’Heure bleue, Pierre Richard, Monsieur X sous la direction de Mathilda May et James Thierrée avec une création Room … Et un petit nouveau : Guillaume Gallienne, qui seul en scène, réincarnera Saint-François d’Assise.

 Guillaume Gallienne présentera « François le saint jongleur » en décembre. Photo Stéphane lavoué
Guillaume Gallienne présentera « François le saint jongleur » en décembre. Photo Stéphane lavoué

De l’émergence

Les Célestins soutiennent aussi la création régionale, avec deux metteurs en scène lyonnais associés. Pierre Jolivet qui créera L’Aveuglement avec plusieurs écoles de théâtre européennes, dont l’Ensatt. Et François Hien, présent à la journée du 26 septembre pour dédicacer son premier roman Les Soucieux.

Pour soutenir les artistes de la région, ils lancent Écran rouge, un nouveau programme de création filmique en écho à la programmation du théâtre. Ces courts-métrages sont réalisés par de jeunes artistes issus de l’école de la CinéFabrique, à Lyon. (A visionner sur le site ecranrouge.com, à partir du 26 septembre).

Une bande dessinée

En collaboration avec le festival Lyon BD, l’illustrateur Alfred a été retenu pour raconter, en bande dessinée, une histoire qui se déroule aux Célestins. Elle sera présentée le 21 décembre. « On l’a découvert après : il est le fils de Serge Papagalli, comédien metteur en scène grenoblois et il a appris à dessiner tout petit dans notre théâtre pendant que ses parents répétaient sur scène », confie Claudia Stavisky.

Des spectacles en famille

Autre nouveauté : une place plus importante sera accordée à six spectacles à voir en famille, dont Fracasse (Jean-Christophe Hembert), A rlequin poli par l’amour (Thomas Jelly), Mars 2037 , une comédie musicale spatiale). Et une programmation est prévue pendant les vacances de la Toussaint (Dimanche) et de Noël (Vilain), avec des tarifs attractifs (à partir de 7€).

Théâtre des Célestins, 4, rue Charles-Dullin, Lyon 2e. Tél. 04 72 77 40 40.

I. B.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?