Éducation Neuf classes fermées dans cinq écoles pour cause de Covid : quels sont les établissements concernés à Lyon ?

Avec des enseignants remplaçants, l’école Michelet reste opérationnelle. Seule une classe est fermée. Photo Michel NIELLY
Avec des enseignants remplaçants, l’école Michelet reste opérationnelle. Seule une classe est fermée. Photo Michel NIELLY
Photo DR
Photo DR
Avec des enseignants remplaçants, l’école Michelet reste opérationnelle. Seule une classe est fermée. Photo Michel NIELLY Photo DR

Le virus n’épargne pas les écoles primaires de la Ville de Lyon. Ce lundi, neuf classes issues de cinq écoles étaient fermées pour cause de Covid-19, lundi. Plusieurs autres établissements sont dans le collimateur.

Trois classes à l’école Diderot, une classe à l’école Michelet, 4 classes à l’école Paul-Bert, une classe à la Sauvagère et une classe à l’école Chevalier-Bayard. Les écoles de Lyon ne sont pas épargnées par le coronavirus.

Lundi, en fin d’après-midi, 10 classes étaient fermées dans cinq écoles pour cause de covid-19, les enfants placées en quatorzaine. Une sixième école présentant plusieurs cas était dans les collimateurs. Finalement, elle est restée ouverte : toutes les équipes adultes, considérées comme cas contact, ont été placées en quatorzaine, et remplacées au sein de l’école pour accueillir les enfants, qui ne sont pas considérées comme cas contact. Pour les écoliers placés en quatorzaine, l’Éducation nationale prévoit un enseignement à distance. La majorité des cas positifs est recensée chez les adultes. « Mais il y a aussi des cas chez enfants. La plupart des écoles qui sont touchées sont des écoles élémentaires. »

« Pour l’instant, on fait face »

« La situation évolue d’heure en heure», alerte l’adjointe à l’Éducation, Stéphanie Léger qui affirme attendre des résultats pour quatre autres écoles où il y a une suspicion de covid. Elle est en lien permanent avec les équipes médico-sociales de la ville, l’Éducation nationale et l’agence régionale de santé qui décide ou non de la fermeture de l’école ou de la classe concernée, après recherche des cas contacts. « Pour l’instant, on fait face, dit-elle, encore. On suit le protocole sanitaire en évitant les brassages. Je comprends que cela puisse poser des problèmes d’organisation ou de réorganisation pour les parents, mais les fermetures de classe ou d’école sont le seul moyen de freiner la propagation du virus. »

Inquiétude chez les parents d’élèves à l’école Michelet

L’enseignante d’une classe de CM1-CM2 de l’école primaire publique Michelet, 18 rue de la Charité, a été testé positive. Son cas a été signalé vendredi 4 septembre au matin. Aussitôt, la classe a été fermée et les enfants renvoyés en quatorzaine chez eux jusqu’au mardi 15 septembre. Les parents des enfants concernés, ont reçu un courrier de l’ARS (Agence Régionale de Santé) qui stipule que tous les élèves sont priés d’effectuer un test de dépistage, en principe ce mardi 8 septembre.

D’autre part, après enquête pour dénombrer les cas contacts, il s’avère que l’ensemble des enseignants ainsi que la directrice Magali Philit ayant effectué la pré-rentrée auprès de cette personne atteinte du Covid, ont été mis également en quatorzaine jusqu’au 15 septembre. Seule une institutrice qui était absente à la réunion de travail de rentrée, est restée en place. Elle assure du coup la gestion provisoire de l’école.

Ce lundi 7 au matin, Pauline Grosjean, adjointe chargée du parcours de l’enfance (crèches et écoles) dans le 2e arrondissement accompagnée de l’inspecteur d’Académie s’est rendue à l’école Michelet. Selon l’élue : « Tout est géré. Dès vendredi, les remplaçants des enseignants en quatorzaine ont échangé avec la directrice de manière à pouvoir débuter ce lundi matin. »

Les parents doivent rester vigilants
Pour les autres élèves de l’école Michelet, il n’y a pas lieu de s’alarmer. Pour le médecin de veille sanitaire de la délégation départementale du Rhône Métropole Lyon : « Les mesures de précaution mises en place au sein de l’école ont permis aux enfants de ne pas avoir de contact à risque de transmission avec l’enseignant contaminé. En conséquence, il n’est pas nécessaire que l’enfant soit placé en quatorzaine ou qu’il réalise un test de dépistage. »

En revanche, les parents doivent rester vigilants si l’apparition de symptômes apparaît avec une incubation de 5 à 6 jours qui peut durer jusqu’à 14 jours. Des parents dont on a pu mesurer lundi chez certains une inquiétude palpable. En témoigne Hortense : « J’ai deux petits enfants, l’un à la maternelle et l’autre en primaire. Mon seul souci est qu’ils se plient aux contraintes sanitaires imposées. Pas facile quand on a l’habitude à leur âge de se côtoyer au plus près, donc je ne suis pas très rassurée ». En revanche, Alain père de deux élèves se veut confiant : « Impossible de ne pas se poser la question. Mes enfants peuvent-ils attraper le virus et/ou le propager ? Il nous faut apprendre à vivre avec l’imprévu. Je suis un peu inquiet mais raisonnablement et à Michelet, tout semble être bien contrôlé ».

Idem pour Sonia mère d’un élève du primaire : « C’est regrettable pour ce que subissent l’enseignante testée positive et la directrice de l’école en matière de gestion, mais je n’ai pas d’inquiétude majeure, car les mesures prises in situ me paraissent adaptées à la situation ».

Toujours dans le 2e arrondissement, un autre cas a été répertorié. Celui de l’école maternelle Alix, 57 cours Charlemagne où une classe de petite section a été fermée. À ce jour, sur le Rhône, on dénombre une vingtaine de classes fermées sur 8 000.

N. M. avec M. N.

T.V.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?