Santé Dépistages gratuits : plus de 1 000 tests dès le premier jour

Les dépistages gratuits ont commencé, ce lundi 31 août, aux abords des gares de Vaise et de Vénissieux. Photo Guillaume BOUCHUT
Les dépistages gratuits ont commencé, ce lundi 31 août, aux abords des gares de Vaise et de Vénissieux. Photo Guillaume BOUCHUT
A Vaise, enregistrements et tests ont lieu sous la même grande tente. Photo Guillaume BOUCHUT
A Vaise, enregistrements et tests ont lieu sous la même grande tente. Photo Guillaume BOUCHUT
Une file d'attente impressionnante sur le site de Vénissieux. Photo Guillaume BOUCHUT
Une file d'attente impressionnante sur le site de Vénissieux. Photo Guillaume BOUCHUT
De quatre, le chapiteau planté place de Paris, dans le quartier de Vaise, est passé à six boxes au cours de l'après-midi pour accueillir les nombreux volontaires venus se faire dépister. Photo Maxime JEGAT
De quatre, le chapiteau planté place de Paris, dans le quartier de Vaise, est passé à six boxes au cours de l'après-midi pour accueillir les nombreux volontaires venus se faire dépister. Photo Maxime JEGAT
Ecouvillons servant aux tests de dépistage du Covid-19, à la sortie du métro Gare de Vaise à Lyon. Photo Maxime JEGAT
Ecouvillons servant aux tests de dépistage du Covid-19, à la sortie du métro Gare de Vaise à Lyon. Photo Maxime JEGAT
Le temps d’attente était de 3 h 30 pour accéder au stand de dépistage du Covid-19 installé à la sortie du métro Gare de Vaise, ce lundi 31 août.  Photo Maxime JEGAT
Le temps d’attente était de 3 h 30 pour accéder au stand de dépistage du Covid-19 installé à la sortie du métro Gare de Vaise, ce lundi 31 août. Photo Maxime JEGAT
Les dépistages gratuits ont commencé, ce lundi 31 août, aux abords des gares de Vaise et de Vénissieux. Photo Guillaume BOUCHUT A Vaise, enregistrements et tests ont lieu sous la même grande tente. Photo Guillaume BOUCHUT Une file d'attente impressionnante sur le site de Vénissieux. Photo Guillaume BOUCHUT De quatre, le chapiteau planté place de Paris, dans le quartier de Vaise, est passé à six boxes au cours de l'après-midi pour accueillir les nombreux volontaires venus se faire dépister. Photo Maxime JEGAT Ecouvillons servant aux tests de dépistage du Covid-19, à la sortie du métro Gare de Vaise à Lyon. Photo Maxime JEGAT Le temps d’attente était de 3 h 30 pour accéder au stand de dépistage du Covid-19 installé à la sortie du métro Gare de Vaise, ce lundi 31 août.  Photo Maxime JEGAT

La Métropole de Lyon organise, en lien avec l’Agence régionale de santé (ARS), une opération de dépistage gratuit. Dans les gares de Vaise et de Vénissieux pour les deux premiers jours, le dispositif a attiré bien plus de personnes que prévu.

Depuis ce lundi 31 août, il est possible de se faire dépister gratuitement, sans rendez-vous ni ordonnance. Pour cela, il suffit de se rendre dans l’une des tentes “labo” itinérantes, aménagées à l’extérieur de certaines stations de métro, de 11 à 19 heures. Une initiative, organisée en liens avec les Hospices civils de Lyon (HCL) et des laboratoires privés, qui a vite trouvé son public, au vu des files d’attente impressionnantes sur les deux sites. « On ne savait pas trop à quoi s’attendre mais ce matin on a une forte demande », remarque le professeur Frédéric Laurent, chef de service du laboratoire de bactériologie de l’institut des agents infectieux des HCL, en charge du site de Vaise. Le maire de Lyon, Grégory Doucet, évoquait des files d’attente dignes « de la sortie d’un nouvel Iphone ».

« Ça fait quelques jours que mon fils Jordan, 4 ans et demi, tousse donc je viens faire un test avant qu’il aille à l’école demain, explique Marielle. Je suis allée voir dans un laboratoire? mais ils ne pouvaient pas trouver de place avant la fin de semaine. » En quelques secondes, le test avec prélèvement par le nez est fait. Si pour Jordan cela n’a pas été une partie de plaisir, sa mère nuance : « C’est un peu comme quand on se prend de l’eau dans le nez. » Plus désagréable que douloureux donc, comme le raconte Jordan, 22 ans : « Aucune douleur mais c’est une sensation étrange… J’ai ressenti une petite gêne mais je m’attendais à pire. »

Des résultats sous 36 heures

Pour connaître les résultats, comptez 24 à 36 heures, selon Frédéric Laurent : « On envoie le lien du site sur lequel ils sont consultables par mail et un code individuel par SMS. » Avec 150 personnes testées en moins de deux heures, les prévisions (300 tests par site) devraient être largement dépassées : « Si ça continue comme ça, on devrait atteindre les 500 à la fin de la journée. » Même constat à la gare de Vénissieux. « On n’a pas de chiffres précis, mais on doit être à 200 ou 250 tests, estime Lambert Frédéric, du laboratoire d’analyses médicales Dyomedea-Neolab, à 14 heures.

Les gens qui viennent n’ont pas forcément de symptômes. » Imane, 25 ans, est de ceux-là : « J’ai profité de l’occasion, comme je reprends le travail demain. » Cyril, en revanche, n’est pas près de renouveler l’expérience : « Normalement, il y a une technique : il faut ouvrir la bouche et expirer de l’air par à-coups. Mais là, c’était horrible ! », raconte le jeune homme de 19 ans.

L’opération devrait se poursuivre jusqu’au 15 septembre, avec changement de site tous les deux jours.

Guillaume BOUCHUT

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?