Santé Covid-19 : masque obligatoire partout à Lyon et Villeurbanne

Les premières mesures ne concernaient que certains quartiers de la ville, comme le Vieux Lyon. Photo Maxime JEGAT
Les premières mesures ne concernaient que certains quartiers de la ville, comme le Vieux Lyon. Photo Maxime JEGAT

La mesure prend effet ce mardi. Un deuxième arrêté préfectoral rend obligatoire le masque dans tout le département du Rhône aux abords de tous les établissements scolaires, gares, arrêts de bus, de tramways et stations de métro.

Les premières mesures prises le 22 août n’auront pas suffi à enrayer la montée exponentielle du taux d’incidence du Covid-19 à Lyon mais aussi à Villeurbanne où il s’emballe. C’est pourquoi le préfet a décidé, par arrêté, d’étendre le port obligatoire du masque - pour les personnes âgées de 11 ans et plus - à l’ensemble du territoire de la ville de Lyon et de celle de Villeurbanne, à partir de ce mardi 1er  septembre.

Les joggeurs et les cyclistes seront dispensés du port « dans l’exercice de leur sport », a précisé Pascal Mailhos, au cours d’une conférence de presse ce lundi.

Si les maires des autres principales villes de l’agglomération ont eux-aussi été consultés, ils ont estimé que la situation ne justifiait une telle mesure sur leur territoire. Cependant, un 2e arrêté préfectoral instaure également à partir de ce jour l’obligation, pour les personnes âgées de 11 ans et plus, de porter un masque dans tout le département du Rhône, dans un périmètre de 50 mètres aux abords de tous les établissements scolaires (écoles, collègues, lycées, établissements d’enseignements supérieurs) ainsi qu’aux abords des gares ferroviaires, stations de métro, arrêts de tramways et de bus.

Explosion du taux d’incidence, plusieurs trentenaires en réanimation

Un premier arrêté, entré en vigueur le 22 août, limitait le port du masque à Lyon à certaines rues en journée et certaines zones de rassemblements festifs en soirée. Malgré cela, le nombre de cas positifs de Covid-19 a continué d’exploser pour atteindre ce lundi un taux d’incidence de 79,6 cas pour 100 000 habitants dans le Rhône - placé en zone rouge jeudi dernier -, 93/100 000 à Lyon, et 137/100 000 à Villeurbanne, a indiqué le directeur de l’Agence régionale de santé, Jean-Yves Grall. Au 30 juillet, ces taux étaient de 10/100 000 à Lyon et 16/100 000 à Villeurbanne. Les taux de positivité des deux villes atteignent respectivement 6,4 % et 10 %, ce 31 août. Si du côté des hôpitaux, la situation n’est pas encore alarmante, la hausse se poursuit avec 116 patients hospitalisés ce lundi dans le Rhône (+8 par rapport à vendredi) et 16 en réanimation (+7 depuis vendredi) parmi lesquels plusieurs trentenaires.

Grégory Doucet ne souhaitait pas la généralisation

Avant d’aboutir à cette extension du port du masque, « les discussions ont duré un certain temps », a reconnu le maire de Lyon, Grégory Doucet, qui ne souhaitait pas la généralisation. Limiter l’obligation à certaines zones était « une réponse proportionnée au risque, pour une bonne adhésion à la mesure », avait estimé le maire, le 19 août.

« Nous n’allions pas prendre un arrêté tous les 8 jours pour changer les zones », a justifié, ce lundi, le préfet Pascal Mailhos. « Nous allons mesurer si cette mesure va augmenter l’occurrence du port du masque et nous allons nous revoir », a annoncé Grégory Doucet, ajoutant que, si ce n’était pas le cas, « il faudrait trouver une autre formule ».

Des fermetures administratives « s’il n’y a pas d’autres solutions »

Parallèlement à ces nouvelles mesures, les contrôles de police, nationale et municipales, seront renforcés auprès des bars et restaurants « dont certains ne respectent pas les mesures barrières » et « présentent à l’évidence des risques » à l’intérieur comme à l’extérieur, a également souligné Pascal Mailhos. Un « dialogue » avec l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l‘Hôtellerie) doit permettre de « trouver les meilleures solutions ». Cependant, « s’il n’y a pas d’autres solutions », des fermetures administratives seront prononcées en cas de non-respect des règles, a aussi prévenu le préfet.

Sylvie MONTARON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?