Télévision Joaquina : « Ma vie est une aventure qui m’a bien préparée à Koh-Lanta »

Joaquina Nunes : « Mon atout, c’est ma détermination. Je ne lâche rien ! »  Photo Laurent Vu/ALP/TF1
Joaquina Nunes : « Mon atout, c’est ma détermination. Je ne lâche rien ! » Photo Laurent Vu/ALP/TF1

Elle va représenter le Beaujolais dans la nouvelle saison de Koh-Lanta, diffusée à partir de ce vendredi 28 août sur TF1. Rencontre avec Joaquina Nunes, boulangère à Anse, aventurière de la saison “Les 4 Terres”.

Comment êtes-vous devenue une des aventurières de Koh-Lanta ?

« J’ai toujours été une fan de Koh-Lanta. Mais très occupée par mon travail, je n’ai jamais pris le temps de tenter la candidature. J’étais gestionnaire en prestation santé dans les mutuelles. Mon mari vendait du matériel de boulangerie. Il y a quatre ans, on a sauté le pas et acheté la boulangerie d’Anse. J’ai été parachutée dans un monde que je ne connaissais pas du tout. La boulangerie, c’est très dur physiquement. On travaille de 4 heures du matin à 23 heures… Et un jour, c’est ma famille qui a proposé ma candidature. La joie, quand j’ai su que j’étais retenue ! »

Quel est votre atout numéro 1 pour tenter une telle aventure ?

« Ma détermination. Je ne lâche jamais rien. J’ai été maman très tôt. Je suis autodidacte et maintenant nous gérons une société de 7 salariés. Ma vie est une aventure qui m’a bien préparée à Koh-Lanta. Il était temps que je pense un peu à moi ! Que je m’offre un défi ! Cette aventure à l’autre bout du monde demande une force mentale et physique que la vie m’a permis d’acquérir. »

« Le manque de sommeil ? Avec la boulangerie, j’avais tout l’entraînement qu’il faut »

Quelle préparation pour une telle aventure ?

« J’ai envie de dire : on fait comme on veut. On peut se préparer à fond, ou un peu… ou pas du tout ! Moi, j’ai d’abord arrêté de fumer. Puis je me suis remise à la course à pied et je suis allée à la piscine. Concernant le manque de sommeil, avec la boulangerie, j’avais tout l’entraînement qu’il faut. Et puis on part à l’aventure. »

Vous ne connaissiez pas les nouveautés de cette saison ?

« Absolument pas ! On découvre tout sur place, en arrivant aux îles Fidji. Je ne savais pas qu’il y aurait quatre équipes, chacune représentant un quart de la France. Je fais partie de l’Est, sous la couleur verte. Quelle fierté de représenter le Beaujolais et Rhône-Alpes ! Je ne veux pas décevoir. On est six dans le groupe, tous complémentaires. Et l’esprit d’équipe a tout de suite fonctionné. »

Cette aventure vous a-t-elle transformée ?

« Quand on a été privé de tout, on n’est plus la même personne. On se recentre sur l’essentiel. J’ai encore plus envie de profiter de mes proches, d’être solidaire. Quand on apprend, pendant des jours, à se partager une petite tranche de pain, après on prend le temps de savourer la nourriture. Le retour n’est pas facile : plus d’adrénaline, mais du monde et du bruit. J’ai eu besoin de quelques jours en famille, sans aller au travail. Un nouveau Koh-Lanta ? Quand ils veulent ! »

Recueillis par notre correspondante, Marie-Noëlle TOINON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?