Lyon 1e | Restauration Fast-food écoresponsable : Bënnie conjugue bio et bon

Le restaurant “Bënnie”, fast-food écoresponsable aux allures scandinaves.  Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK
Le restaurant “Bënnie”, fast-food écoresponsable aux allures scandinaves. Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK
Le “Red Beans Burger”, sandwich végétarien à base de galette de haricots rouge.  Photo Progrès /DR
Le “Red Beans Burger”, sandwich végétarien à base de galette de haricots rouge.  Photo Progrès /DR
Le restaurant “Bënnie”, fast-food écoresponsable aux allures scandinaves.  Photo Progrès /Clémence OUTTERYCK Le “Red Beans Burger”, sandwich végétarien à base de galette de haricots rouge.  Photo Progrès /DR

Le restaurant Burger & Wells devient Bënnie, avec une carte désormais 100 % bio et à 50 % végétarienne. Une démarche écoresponsable globale, que son créateur Camille Candela espère voir généralisée dans la restauration.

Concilier nourriture rapide et saine dans une démarche écoresponsable globale, à portée de bourse du plus grand nombre, c’est possible selon Camille Candela et sa compagne Clémentine. Lorsqu’ils se sont lancés en 2016 dans l’aventure du fast-food, ils ambitionnaient alors de proposer une alternative durable et locale aux géants du marché. Le restaurant lyonnais Burger & Wells, situé en plein cœur de la Presqu’île à quelques centaines de mètres du leader américain, était né. Sa carte propose une offre saisonnière pour tous les goûts, de la viande au vegan en passant par le menu enfant et des boissons maison, le tout à des tarifs classiques de restauration rapide.

« Il existe d’autres concepts autour du burger mais qui ne sont pas tout public, explique Camille Candela. Or on peut faire un menu complet à moins de 13 €, avec des produits locaux et bios, en ayant un moindre impact sur l’environnement. On arrive à sortir ce prix-là car on est en direct avec nos producteurs. Sur la viande, nous travaillons avec les abattoirs. Sur les légumes, laiterie et œufs, nous sommes en coopérative sur Lyon. »

Un nouveau nom pour une identité plus forte

Souhaitant renforcer l’identité du concept, les fondateurs ont profité du confinement pour en repenser l’image autour d’un nom à l’accent scandinave : “Bënnie”, mélange entre le côté américain du fast-food et le “feel-good” nordique. Un nouveau nom mais également une nouvelle carte, désormais à 50 % végétarienne et entièrement bio.

En quatre ans, le concept a évolué vers une démarche toujours plus responsable et globale : du mobilier recyclé, une énergie 100 % verte et locale, une “prime vélo” de 0,25 €/km pour les employés, de vieux vélos retapés “de fonction”… Le concept se veut global, quitte à se passer de certaines sources de rentabilité assurée, comme la vente de bouteilles au profit de fontaines d’eau filtrée, ou la suppression définitive de toute recette à base d’avocat, « pourtant notre meilleure vente », reconnaît le restaurateur. Ces sacrifices n’empêchent pas l’entreprise de générer du profit, en 2019 un deuxième restaurant a ouvert dans la station de Chamonix, première étape d’une expansion régionale puis nationale.

Convaincu de tenir les clés de la restauration de demain, Camille Candela espère créer une dynamique dans le milieu : « C’est autre modèle de la restauration que l’on souhaite proposer. En étant moteur, en montrant que l’on fonctionne, si cela peut inciter d’autres à faire le pas, on aura tout gagné. Je ne suis pas pour la décroissance ou le retour à la bougie, mais on peut le faire avec un minimum d’impact sur l’environnement. »

Après le label “ Lyon ville équitable et durable ” reçu cette année, l’entreprise prépare son dossier pour la certification “B Corp” (pour Benefit Corporation) , label mondialement reconnu du développement durable.

Bënnie, 18 rue du Bât d’Argent, Lyon 1e. Ouvert tous les jours de 11 h 30 à 22 h 30.

Clémence Outteryck

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?