Animaux Pourquoi la naissance des trois bébés requins à l’Aquarium de Lyon est exceptionnelle

L’un des trois bébés requins à pointes noires nés mardi matin.  Photo  DR/Aquarium de Lyon
L’un des trois bébés requins à pointes noires nés mardi matin. Photo DR/Aquarium de Lyon

L‘Aquarium de Lyon, situé à La Mulatière, est heureux d’annoncer une triple naissance de bébés requins à pointes noires. Ils sont nés mardi matin. Une première pour l’aquarium et en France depuis plusieurs années.

C’est une première en plus de 15 ans pour l’Aquarium de Lyon, et en France depuis plusieurs années : trois bébés requins à pointes noires sont nés mardi matin. On compte seulement une dizaine de naissances par an dans les aquariums d’Europe de ces squales qui vivent dans les océans Indien et Pacifique et dont l’espèce est quasi menacée.

Des plongeurs pour sécuriser l’accouchement

Même à l’état naturel, la reproduction est complexe : la gestation dure 18 mois minimum et peu de petits survivent, risquant dès leurs premières secondes d’être mangés par leurs parents et les autres poissons, au-delà de leur fragilité. Depuis un mois, les biologistes de l’Aquarium de Lyon se relayaient dès 4 heures du matin pour être là au grand moment, qui est arrivé avec la nouvelle lune. Avec le renfort de plongeurs, ils ont attrapé les petits dès qu’ils sont sortis de leur mère et les ont installés en lieu sûr, en coulisses, dans un immense bassin au calme où seuls les biologistes peuvent entrer. Il y avait quatre petits, l’un est mort-né. Il est trop tôt pour connaître leur sexe et, surtout, s’ils survivront.

« Ils sont très peureux et extrêmement fragiles »

L’événement ne fait pas partie d’un programme de reproduction : les choses se sont faites d’elles-mêmes entre la femelle, âgée de 20 ans, et l’un des trois mâles occupants de l’aquarium. « Preuve qu’ils sont bien, leur bien-être est notre préoccupation principale », souligne Jérôme Mourin, conservateur de l’aquarium, chef du service de l’aquariophilie et spécialiste des requins. « C’est moi qui les ai récupérés. Ils sont très peureux et extrêmement fragiles. La maman va bien et on a commencé ce mercredi l’alimentation des petits. Le plus dur est à venir : on espère les faire survivre. Même dans la nature, c’est un sur quatre qui survit ».

Le public de l’Aquarium, ouvert cet été, ne pourra donc pas les voir, en tout cas pour l’instant. S’ils survivent, ils rejoindront leurs parents dans le bassin des requins ou seront confiés à un autre aquarium. Une belle année pour l’aquarium lyonnais, qui a déjà fêté en février la naissance d’un requin léopard.

Delphine GIVORD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?