Transport Extinction Rebellion prépare deux actions contre les trottinettes en libre-service

En décembre 2019, le mouvement avait mis « hors service » 1 500 trottinettes.  Photo d’archives /Jean-Philippe CAVAILLEZ
En décembre 2019, le mouvement avait mis « hors service » 1 500 trottinettes. Photo d’archives /Jean-Philippe CAVAILLEZ

Alors que la mairie a décidé d’autoriser l’occupation du domaine public aux sociétés Dott et Tier dès la rentrée, les militants climat préparent deux actions de désobéissance civile contre les trottinettes afin de « mettre la pression pour qu’ils cessent toute activité ».

Qu’importe la marque. Que ce soit Dott, Tier ou Lime, le combat reste le même. Pour les militants climat d’Extinction Rebellion, il n’y a pas de bonnes trottinettes en libre-service. Inutile de chercher à les convaincre, aucune n’est écologique ni sociale, à leurs yeux. Alors quand ils ont appris que le maire écologiste de Lyon avait retenu deux opérateurs dans le cadre de l’appel à projets pour limiter et encadrer la pratique dans la ville, ils n’ont pas compris. Et décidé de passer à l’action. Sur Facebook, ils appellent à la désobéissance civile.

Trottinettes hors service

« Il n‘y a pas de bonne façon de mal faire les choses, affirment-ils. Les trottinettes en free-floating créent de nouveaux usages plus polluants que ceux qu’ils remplacent. Si nos élus n‘ont pas compris que ces trottinettes sont l’inverse d’une solution écologique, alors nous devons rentrer en résistance face à ces start-up plus fortes en greenwashing qu’en mobilité douce, et mettre la pression pour qu’ils cessent toute activité. » Leur mot d’ordre : « Pas de rentrée pour Dott ni Tier. »

Le 3 septembre, le collectif prévoit deux actions couvrant, selon leurs termes, « différents engagements et risques juridiques ». Le matin, « une action à risque juridique modérée ». Le soir, « une action tout aussi importante mais avec un risque juridique plus faible ».

C’est sa marque de fabrique. Par le passé, Extinction Rebellion a déjà mené à Lyon plusieurs actions de désobéissance civile contre les trottinettes électriques. En décembre 2019, en soutien au mouvement de grève du 5 décembre, le mouvement avait mis « hors service » 1 500 trottinettes en free-floating en recouvrant de peinture le QR code qui permet le déblocage. En juin, 360 d’entre elles avaient été vandalisées pour « alerter sur l‘impact social et environnemental » que ces engins représentent.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?