Portrait Pat Minet, 45 ans dans la maison de spécialités lyonnaises Sibilia

Entre M. Paul et Colette Sibilia, Pat Minet est l’homme de confiance.  Photo Progrès /DR
Entre M. Paul et Colette Sibilia, Pat Minet est l’homme de confiance.  Photo Progrès /DR

Patrick Buffet, est surnommé “Minet”. « On m’a toujours appelé comme cela ». Il se souvient de son enfance à la Goulette en Tunisie. Ce fut ensuite Cavalaire-sur-Mer, le lieu de son adolescence, puis la Croix-Rousse, à Lyon. « Je suis si fier de mon papa qui a contribué à la libération de la France lors du débarquement en Provence. On m’invite encore à des commémorations ! » Ce père, ingénieur Ponts et chaussés souhaite alors pour son fils, une carrière dans les travaux publics : sa voie professionnelle est tracée. Cependant, Patrick s’ennuie vite dans le job…

C’est alors que Colette Sibilia, la grande maison de charcuteries et autres spécialités lyonnaises, une proche de ses parents, lui propose de travailler avec elle aux Halles et lui apprend le métier. « Tous les matins, on faisait cuire les saucissons pour les goûter. » Minet assimile les rouages de bienveillance de la maison. L’ambiance y est joyeuse dit-il. Les grandes familles bourgeoises d’Ainay, de Bellecour ou de la Croix-Rousse viennent ainsi partager quelques verres autour de belles gourmandises salées. « Ils adoraient ce côté convivial. Je suis alors proche des clients et “adopté” par la famille. »

Pat traverse les périodes et les secrets que partage les Lyonnais… « J’avais le carnet d’adresses du monde de la nuit. Je baigne alors dans cette période assez légère et les confidences. Les Halles furent pour moi de formidables moments de vie et d’amitié. Même si l’ambiance a changé. Les Halles, c’est d’abord Paul Bocuse. Il était là chaque jour à 7 h 30. Je deviens un proche et me fais connaître des cuisiniers du monde entier. »

De notre correspondant local, Eric BAULE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?