Economie Valérie Bonnet, la soie revisitée

Les accessoires en soie que propose Valérie Bonnet ont de multiples usages : bandeau, foulard, ceinture, sautoir, cravate, écharpe…   Photo Nadine MICHOLIN
Les accessoires en soie que propose Valérie Bonnet ont de multiples usages : bandeau, foulard, ceinture, sautoir, cravate, écharpe…   Photo Nadine MICHOLIN

Implanté depuis 2001, Passage Thiaffait (Lyon 1er), le Village des Créateurs, pépinière lyonnaise d’entreprises de mode, déco, design, est un tremplin pour ses adhérents. Il en a vu passer des artistes émergents qui s’exportent aujourd’hui en France et à l’étranger. Parmi eux, Valérie Bonnet qui, avec Divine Trouvaille, propose de porter la soie comme un bijou.

Divine Trouvaille a puisé sa réussite dans le patrimoine culturel de la région. Cécile aime la dentelle du Puy et Valérie la soie de Lyon. Le duo imagine de moderniser la soie et la porter comme un bijou ou un accessoire. « À la base, mes bijoux sont nés de chutes de textile. Aujourd’hui, j’imprime la soie à part. J’aime les produits astucieux à plusieurs usages, où tout se combine avec tout, l’idée de démocratiser la soie avec un côté transgénérationnel » avoue malicieusement Valérie Bonnet.

Elle travaille en petites séries, réimprime rarement et change ses coloris en suivant les tendances et ses envies. Divine Trouvaille a été repérée par la directrice Isabelle Gleize du Village des créateurs, à ID d’Art fin 2016 à la Sucrière. Grâce à son adhésion, Valérie trouve fin 2019 le local rue Louis-Paufique (Lyon 2e) qu’elle partage avec d’autres membres du Village : Vanessa et Diego de la marque Testimonio qui fabriquent des bijoux inspirés d’Amérique Latine et un créateur éphémère Asap de Clément Doré et Aurélie Barrier.

Les bracelets en soie peuvent aussi faire office de ras de coup à 29 €.   Photo Nadine MICHOLIN
Les bracelets en soie peuvent aussi faire office de ras de coup à 29 €.   Photo Nadine MICHOLIN
Le foulard avec la tête de Lion, est l'une des ventes phares de Divine Trouvaille. Durant le confinement, Valérie Bonnet, a lancé une collection de masques barrières en soie et coton dont tous les bénéfices étaient reversés à S.O.S. Ehpad. Photo Nadine MICHOLIN
Le foulard avec la tête de Lion, est l'une des ventes phares de Divine Trouvaille. Durant le confinement, Valérie Bonnet, a lancé une collection de masques barrières en soie et coton dont tous les bénéfices étaient reversés à S.O.S. Ehpad. Photo Nadine MICHOLIN
Produit iconique, le bandeau-foulard se décline désormais en une quinzaine d’imprimés dessinés à la main et permet de multiples usages.   Photo Progrès /Nadine MICHOLIN
Produit iconique, le bandeau-foulard se décline désormais en une quinzaine d’imprimés dessinés à la main et permet de multiples usages.   Photo Progrès /Nadine MICHOLIN
Les bracelets en soie peuvent aussi faire office de ras de coup à 29 €.   Photo Nadine MICHOLIN Le foulard avec la tête de Lion, est l'une des ventes phares de Divine Trouvaille. Durant le confinement, Valérie Bonnet, a lancé une collection de masques barrières en soie et coton dont tous les bénéfices étaient reversés à S.O.S. Ehpad. Photo Nadine MICHOLIN Produit iconique, le bandeau-foulard se décline désormais en une quinzaine d’imprimés dessinés à la main et permet de multiples usages.   Photo Progrès /Nadine MICHOLIN

Le bandeau foulard, produit iconique

Son produit iconique ? Le bandeau foulard se décline en une quinzaine d’imprimés dessinés à la main. Il permet de multiples usages : autour du cou, en écharpe, cravate, ceinture, sautoir, dans les passants, sur un chapeau ou l’anse du sac à main… Il peut se nouer à l’aide de pendentifs en corne de buffle importés d’un élevage alimentaire au Vietnam.

« À l’été 2018, avec Bonne Vague, Naona, Léonard Reversi, nous avons proposé d’occuper le passage Thiaffait. Cela a donné ‘Summer Shop’, une candidature groupée pour une résidence d’été autour de l’accessoire féminin, qui a très bien marché ». Pour Valérie, le Village des créateurs est un tremplin  : « On partage nos expériences. La porte est toujours ouverte. Pendant le confinement, nous n’avons pas cessé notre réunion hebdomadaire. Des experts et des formations sont à notre disposition. Au-delà du conseil, on accède à des possibilités irréalisables comme se retrouver au Pop-up store avec dix invités éphémères au Grand Hôtel-Dieu ! »

Pour sa somptueuse inauguration en septembre 2019, l’Hôtel Intercontinental à l’Hôtel-Dieu lui a commandé 200 bandeaux foulards. Au Sofitel Lyon et à l’Institut Paul-Bocuse, le personnel féminin en contact avec la clientèle porte ses bandeaux. Divine Trouvaille attire les Suisses, les Américaines et mise sur son site internet perfectionné par les étudiants de l’Université en business stratégie digitale.

Un changement de cap à 50 ans

Valérie Bonnet a effectué une partie de ses études à Lyon où elle vit depuis dix ans. Après des études de commerce, elle entame une carrière dans la publicité à Paris, à l’international, à Grenoble puis dans la communication pour une franchise de chocolats et une grande enseigne de boulangerie.

A la suite suite d'un problème de santé, Valérie s’associe avec sa meilleure amie Cécile, toutes deux originaires du Puy-en-Velay. « Nous avions 50 ans, soit 100 ans à nous deux. Nous étions complémentaires, l’une dans le dessin, l’autre dans la commercialisation et la communication. » Aujourd’hui, Valérie a racheté les parts de Cécile mais le duo travaille toujours de concert. Leur nouveau regard sur la soie s’exprime à travers Divine Trouvaille , une marque de foulards, accessoires et bijoux en soie à multi-usages.

Divine Trouvaille, 26 rue Louis-Paufique, Lyon 2e. Divinetrouvaille.com/enmodechezsoie.com

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?