Lyon La Cité Internationale de la Gastronomie ferme définitivement

La Cité Internationale de la Gastronomie à Lyon ferme définitivement ses portes. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
La Cité Internationale de la Gastronomie à Lyon ferme définitivement ses portes. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
La Cité Internationale de la Gastronomie à Lyon ferme définitivement ses portes.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON
La Cité Internationale de la Gastronomie à Lyon ferme définitivement ses portes. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
La Cité Internationale de la Gastronomie à Lyon ferme définitivement ses portes. Photo Progrès/Joël PHILIPPON La Cité Internationale de la Gastronomie à Lyon ferme définitivement ses portes.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON

L'institution implanté au sein de l'Hôtel-Dieu a annoncé dans un communiqué ce lundi 6 juillet, sa fermeture définitive. La crise sanitaire liée au coronavirus a été fatale au centre culturel dédié à la gastronomie.

La crise sanitaire a eu raison de la Cité Internationale de la Gastronomie de Lyon. Dans un communiqué la société chargée de l'exploitation, MagmaCultura explique avoir "subi les lourds impacts engendrés par la crise sanitaire du coronavirus que le Pays traverse depuis mars 2020".

Ouverte en octobre 2019, la Cité, centre culturel dédié à la gastronomie, a donc décidé de fermer ses portes.

"La Cité fait face à des difficultés précarisant son fonctionnement et la rendant particulièrement vulnérable à la crise soudaine et à ses répercussions. Devant ces difficultés, face à l’incertitude de l’évolution économique et touristique, et malgré tous nos efforts pour la sauvegarder, nous avons pris la décision de ne pas rouvrir la Cité et d’arrêter définitivement son exploitation", explique la société.

Malgré le déconfinement et l'autorisation d'ouvrir ses portes, la Cité Internationale de la Gastronome avait pris la décision de ne pas rouvrir à cause de son " son mode de fonctionnement basé sur des démonstrations collectives et participatives, des pratiques sensorielles et interactives". La Cité proposait en effet des espaces où l'on pouvait cuisiner, déguster de la nourriture, incompatibles avec les gestes barrières en vigueur.

 La Métropole de Lyon qui avait piloté ce projet en partenariat avec la Ville, devra donc trouver un nouvel exploitant si elle souhaite relance la Cité, dont le coût de lancement avoisinait les 20 millions d'euros.  

"Nous sommes persuadés qu’un bel avenir se dessinera pour les espaces que nous quittons et que de nouvelles belles intentions se profileront pour faire de cette Cité un lieu incontournable du patrimoine gastronomique à Lyon, en France et à travers le monde", conclut le communiqué.

L'autel d'origine de l'Hôtel-Dieu qui abritait depuis octobre 2019 la cité Internationale de la Gastronomie à Lyon.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON
L'autel d'origine de l'Hôtel-Dieu qui abritait depuis octobre 2019 la cité Internationale de la Gastronomie à Lyon. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
L'espace "Bon Appétit" proposait une découverte de l'histoire de la gastronomie lyonnaise autour d'objets de collection comme le piano de cuisson de Paul Bocuse.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON
L'espace "Bon Appétit" proposait une découverte de l'histoire de la gastronomie lyonnaise autour d'objets de collection comme le piano de cuisson de Paul Bocuse. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
L'autel d'origine de l'Hôtel-Dieu qui abritait depuis octobre 2019 la cité Internationale de la Gastronomie à Lyon.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON L'espace "Bon Appétit" proposait une découverte de l'histoire de la gastronomie lyonnaise autour d'objets de collection comme le piano de cuisson de Paul Bocuse.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON

Des difficultés avant la crise

Même avant le Covid-19, la Cité internationale était déjà critiquée pour son prix d'entrée (12 euros), jugé excessif et connaissait des difficultés à recevoir du public. Ce prix ne comprenait pas la dégustation, attraction principale de la Cité.

Les avis des internautes font également part d'une exposition trop courte.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?