Environnement Un financement participatif pour construire une miellerie mobile

Les ruches de l’association sont actuellement installées à deux pas de la place Jean-Macé.  Photo Le Rucher Pédagogique des Gones
Les ruches de l’association sont actuellement installées à deux pas de la place Jean-Macé.  Photo Le Rucher Pédagogique des Gones
Photo Le Rucher Pédagogique des Gones
Photo Le Rucher Pédagogique des Gones
Photo Le Rucher Pédagogique des Gones
Photo Le Rucher Pédagogique des Gones
Les ruches de l’association sont actuellement installées à deux pas de la place Jean-Macé.  Photo Le Rucher Pédagogique des Gones Photo Le Rucher Pédagogique des Gones Photo Le Rucher Pédagogique des Gones

Les membres de l’association Le Rucher pédagogique des Gones sont contraints de quitter le terrain qu’ils occupaient à deux pas de la place Jean-Macé. Alors ils projettent la construction d’une miellerie mobile. Et pour ce faire lancent un financement participatif via la plateforme HelloAsso.

Ils ont lancé un financement participatif sur la plateforme HelloAsso. Car ces passionnés d’abeilles lyonnaises ont en tête un projet pour le moins étonnant : la construction d’une miellerie mobile. Il fallait y penser, mais comme on dit, nécessité fait loi. Locataire d’un site SNCF, placé à deux pas de la place Jean-Macé, petite association lyonnaise, Le Rucher pédagogique des Gones, dont ils font partie y a installé une dizaine de ruches. Et elle doit plier bagage dans les six mois qui viennent.

L’environnement du 7e, bien que très urbain, permet tout de même aux butineuses de produire, en petite quantité, le MielLyon. «Nous récoltons à la fin du printemps entre 70 et 100 kilos de miel par an», indique Chloé, au nom de l’association que préside Sébastien Briet. Ce travail est réalisé dans le cadre des activités bénévoles et plutôt pédagogiques du Rucher. L’idée est de sensibiliser les enfants dans les écoles maternelles et primaires de l’agglomération à la question de l’environnement et au monde des abeilles.

Un déplacement de friches en friches

Mais voilà. L’équipe d’une trentaine de personnes environ va devoir quitter les lieux. Pour cause de rupture de bail.

Du coup, ils sont partis à la recherche d’autres pistes. Comme la miellerie mobile. Avec une installation « déplaçable de terrain en terrain, selon les opportunités proposées par des entreprises ou des collectivités », l’association y gagne en souplesse. « Si nous devions être délogés à nouveau, nous serions autonomes dans le fait de bouger ailleurs »

Un bail pour un an minimum, ce serait, disent-ils l’idéal, puis aller de friches en friches… Cela permet aussi à l’association et à ses activités ouvertes au public de se faire connaître un peu partout.

 

Pour mener à bien ce projet, il faut un minimum de matériel et l’association a lancé un financement participatif via la plateforme HelloAsso. L’objectif est de pouvoir récolter au total 23 468 € en cinq paliers. À ce jour, 2 700 € ont été collectés, ce qui représente 11 % du montant total, précisent les responsables du Rucher pédagogique des Gones.

Le premier palier estimé à 4 500 € qui leur permettrait de financer le module capable d’abriter la miellerie, serait suffisant pour lancer le projet.

Le financement demandé restant servirait à acquérir un container, puis à aménager un bardage et une toiture végétalisée sur le module.

A.DU.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?