Environnement Le cimetière ancien de la Guillotière envahi par les herbes

Certains lecteurs se sont émus des ronces et mauvaises herbes qui sévissent depuis plusieurs semaines au cimetière ancien de la Guillotière.  Photo Progrès /DR
Certains lecteurs se sont émus des ronces et mauvaises herbes qui sévissent depuis plusieurs semaines au cimetière ancien de la Guillotière.  Photo Progrès /DR

Crise sanitaire et météo ont contribué à ralentir le travail du service des Espaces verts de la Ville de Lyon qui assure que tout va rentrer dans l’ordre progressivement.

Certains lecteurs se sont émus de l’état du cimetière ancien de la Guillotière où les ronces et les herbes ont envahi l’espace public. « Une situation honteuse pour nos morts qui reposent dans ces parcelles qui ont plus l’aspect de terrain vague, qu’un champ du repos. Aujourd’hui où l’on appelle à plus de civisme, de solidarité, de chaleur humaine, qu’en est-il de nos chers défunts sans parler des familles outrées de cette situation irrespectueuse ».

Tout rentrera dans l’ordre progressivement

Contacté Alain Giordano, adjoint aux Espaces verts de la Ville de Lyon reconnaît qu’il peut subsister quelques difficultés en matière d’entretien dans les cimetières lyonnais.

« Nous avons été soumis à trois problématiques. Le confinement a empêché l’entretien quotidien des espaces par les équipes pour les allées, mais également par les individus pour les sépultures. Cela a donc facilité un retour de la végétation. Au déconfinement, toutes les équipes n’ont pas pu être opérationnelles immédiatement. En l’occurrence, l’entretien du cimetière de la Guillotière ancien est assuré par une entreprise d’insertion qui n’a pu se mobiliser que depuis quinze jours et devrait terminer la semaine prochaine. Les propriétaires de sépulture ne sont pas tous revenus pour pourvoir à l’entretien de leur concession. Enfin, la météo actuelle alterne entre pluie et soleil. Une bonne chose pour la nature mais qui rend plus difficile le rattrapage du retard dû à la crise sanitaire. »

L’élu espère que tout rentrera dans l’ordre progressivement et que le retard accumulé sera bientôt résorbé.

N’oublions pas que depuis 2008, la Ville de Lyon a abandonné l’utilisation de produits phytosanitaires (pesticides) au profit du zéro phyto et des méthodes alternatives. Ce qui réduit les coûts, améliore les performances environnementales mais laisse plus de place aux herbes folles entre les allées des cimetières.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?