Lyon 3e Après des années d’attente, la fresque d’Étienne Dolet, imprimeur lyonnais, est enfin installée

C’est avec satisfaction et émotion que Marcel Picquier a reçu au château Sans Souci la fresque représentant Étienne Dolet, imprimeur lyonnais, qu’il avait imaginée. Photo Progrès /Dominique CAIRON
C’est avec satisfaction et émotion que Marcel Picquier a reçu au château Sans Souci la fresque représentant Étienne Dolet, imprimeur lyonnais, qu’il avait imaginée. Photo Progrès /Dominique CAIRON

C'est finalement dans la salle principale du château Sans Souci que la fresque a été fixée au mur.

C’est un combat qui a enfin abouti. Depuis plusieurs années, Marcel Picquier, de la fédération de la Libre Pensée du Rhône, cherchait à imposer une fresque murale représentant Étienne Dolet, un imprimeur lyonnais, ami de Rabelais et de Clément Marot et défenseur de la liberté d’expression. Et c’est finalement dans la salle principale du château Sans Souci que la fresque a été fixée au mur.

Le “combat” d’un passionné pendant plusieurs années

Une initiative longtemps combattue à l’époque par le clergé, affrontant Édouard Herriot, qui soutenait le projet. Cette idée, Marcel Piquier l’a reprise à son compte et il la défend depuis plusieurs années auprès des élus. Avec l’appui de la mairie du 3e  arrondissement, il a finalement obtenu que la fresque murale qu’il avait imaginée, représentant le banquet donné en l’honneur d’Étienne Dolet à sa sortie de prison à Paris en 1537, soit représentée. Cette fresque étant selon lui, « une victoire de la liberté d’expression ».

L’œuvre a été peinte par l’artiste rhodanienne Camille Semelet, de Haut les Murs, avec Rabelais et Marot entre autres célébrités de l’époque.

Visible de façon temporaire

L’immense fresque a été apposée mardi 16 juin au Château Sans Souci. « C’est une victoire, certes, mais qui n’est pas totale, rappelle Marcel Picquier. En effet, cette exposition n’est que temporaire, mais vient en rupture avec les refus et censures qui ont bloqué pendant des années ce projet. Néanmoins, je remercie ceux qui nous ont offert l’opportunité de cette exposition de substitution. »

Dès que la future équipe municipale sera en place, Marcel Picquer déposera la demande d’une convention pour pérenniser cette exposition qui orne la salle principale du château.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?